Formation sur le contentieux électoral : les participants recommandent la relecture du code électoral

M. Venant Ouédraogo (gauche), Me Barthélémy Kéré (centre) et M. Benoît Kambou (droite).

La cérémonie de clôture de la session de formation des partis et formations politiques Burkinabé  sur le contentieux électoral organisé par la CENI a eu lieu le samedi 15 septembre 2012 à Ouagadougou. Trois importantes recommandations ont été formulées par les participants parmi lesquelles on peut citer la relecture du code électoral.

La suite après cette publicité

Le processus électoral burkinabé poursuit son cours, et les acteurs politiques avancent à grand pas vers les élections  législatives et municipales couplées qui auront lieu le 02 décembre 2012. Vu l’atmosphère  conflictuel qui caractérise souvent les élections, la CENI a initié une session de formation à l’intention des partis et formations politiques du pays en vue de les outiller sur les dispositions légales en matière de contentieux électoral.

Plusieurs partis politiques issus de la majorité comme de l’opposition ont prit part a cette formation assurée par deux experts de la matière. Il s’agit du Professeur Benoit KAMBOU, Directeur de l’Unité de Formation et de Recherche en Science Juridique et Politique UFR /SJP de l’Université de Ouagadougou, ancien membre du Conseil Constitutionnel et de Monsieur Venant OUEDRAOGO professeur de contentieux administratif à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature ENAM.

Une vue des participants à la session de formation sur le contentieux électoral.

Cette session qui a duré 4 jours a principalement porté sur le contentieux des élections législatives dont l’arbitrage juridique relève des compétences du Conseil Constitutionnel et le contentieux des élections municipales qui relève des compétences du Conseil d’Etat. A l’issue de la session, les participants ont invité tous les acteurs du processus électoral à un comportement civique et civilisé pendant les élections et recommandé l’organisation d’une rencontre tripartite entre le Conseil Constitutionnel, le Conseil d’Etat et la CENI sur l’interprétation uniforme des dispositions légales en matière de supervision et de contrôle des opérations électorales. Enfin ils ont proposé la relecture du code électoral en ses dispositions sur le contentieux électoral.

« Je puis vous assurer que vos recommandations seront effectivement et diligemment transmises à qui de droit » a rassuré le Président de la CENI Monsieur Barthelemy Kéré dans son discours de clôture de la cérémonie, avant d’inviter chaque participant et participante à relayer les connaissances et  les informations acquises au cours de la session aux autres acteurs du processus électoral.

Aza Adorason  BAMOUNI, pour Burkina24

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page