FESCO 2013: Ce que réservent les cinq jours de la 11e édition

Le comité national d’organisation de la 11ème Edition du Festival sport et culture de Ouahigouya (FESCO) a rencontré la presse le samedi 19 octobre 2013 pour dévoiler ce que réserve le Festival du 23 au 27 octobre 2013. La rencontre a eu lieu à Ouahigouya , la cité de Naaba Kango.

La suite après cette publicité
Le président du comité d'organisation du Fesco, Étienne Ouédraogo (milieu)
Le président du comité d’organisation du Fesco, Étienne Ouédraogo (milieu)

Le FESCO, dont le promoteur n’est autre que le député maire de Ouahigouya, Me Gilbert Noël Ouedraogo, est cette année 2013, à sa 11e édition consécutive. Prévu pour se tenir du 23 au 27 octobre 2013, le festival est placé sous le thème: « Valorisation culturelle et promotion de l’habitat et de l’urbanisme ». C’est ce qui explique entre autres le choix du Ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, Yacouba Barry, comme parrain de cette édition.

Selon le président du Comité national d’organisation, Étienne Ouedraogo, le FESCO 2013 connaît des innovations majeures par rapport aux précédentes rencontres. Ainsi de 03 jours, le festival se déroulera cette année en cinq jours. En outre, des disciplines sportives ont été ajoutées à la liste déjà existante. Il s’agit d’une compétition de boxe professionnelle et amateur organisée en collaboration avec la ligue nationale. En plus, des jeux comme les Échecs et le Volleyball font leur entrée dans cette rencontre culturelle qui compte déjà des compétitions telles que le football, le cyclisme féminin et masculin, le handball etc. Le directeur régional des sports et loisirs, Lompo Gilbert, qui a pris part à cette rencontre médiatique à saluer cette initiative de Me Gilbert Noël Ouedraogo qui respecte ainsi un engagement qu’il avait pris lors de sa visite dans les locaux de sa direction il y a quelques mois.

Une de journalistes à la conférence de presse ce samedi 19 octobre. Ph. Assane Barry
Une de journalistes à la conférence de presse ce samedi 19 octobre. Ph. Assane Barry

L’autre fait majeur à retenir, c’est la première participation d’une troupe de danse Liwaga de la diaspora burkinabè au Mali. En effet, la Côte d’Ivoire dont une troupe a remporté le grand prix de la dernière édition, était jusque-là le seul pays à prendre part à la compétition au niveau international. Le comité d’organisation a par ailleurs prévu une nuit de chansons pour la Paix le dimanche 27 septembre 2013.

Une forte délégation de la ville de Chambéry, en France, qui est jumelée à celle de Ouahigouya depuis 1989 donne également un éclat particulier à la fête. Ladite délégation est conduite par l’adjointe au maire chargée des relations internationales de la commune de Chambéry, Isabelle Herlin. Le chargé des Finances du FESCO, Sidi Moustapha, à pour sa part salué l’appui des sponsors qui a été déterminant dans la tenue de cette 11ème Édition. Tout compte fait, les petits plats ont été mis dans les grands pour assurer la réussite du FESCO 2013.

Une chose est sûre, la fête s’annonce belle car à première vue, la ville de Ouahigouya s’est parée de ses plus beaux habits pour accueillir les festivaliers et faire gagner la culture burkinabè.

Burkina 24

Avec la collaboration d’Assane Barry

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

2 commentaires

  1. l initiative du MAIRE de ouahigouya est salutaire.sa fait la promotion de la culture yadega,de la culture burkinabe et de la ville de ouahigouya. pour plus de visite de la manifestation et pour captiver d avantage le public je souhaite que les organisateurs integrent dans les prochaines editions une rue marchande ou sera vendu et exposer des objets traditionnels et autres commes c est le cas au fespaco ou au nak.sa sera un plus economiquement pour la ville et pour les commercant de la ville.je souhaite aussi que pour les spectacles qu on ameliore les podiums pour les competitions en installant sa en hauteur pour permettre a beaucoup de personnes de voir.la ville doit aussi vu l envergure de ses manifestations culturelles travailler a disposer d une salle de spectacle digne de ce nom

  2. Belle initiative pour valoriser notre culture et faire la promotion de ouahigouya.
    Mais ce qui est d?range un peu est la pr?sence ? tous les carrefours de la ville ses photos gigantesques de M.Gilbert ouedraogo comme si on ?tait en campagne. attention donc au culte de personnalit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page