Burkina : L’ARGA se penche sur la transition

L‘Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA-Burkina) apporte sa pierre à la transition. « Transition politique et transformations sociales, politiques et économique au Burkina Faso : contributions pour un processus inclusif de refondation ». C’est sous ce thème que se tient son troisième forum multi-acteurs.

La suite après cette publicité

« Le bilan économique et social de ces dernières décennies est en décalage manifeste avec les potentialités, les défis et surtout des aspirations des Burkinabè ». C’est fort de ce constat que l‘Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA-Burkina), pour son troisième forum multi-acteurs du genre, ARGA-Burkina a choisi de se pencher sur le thème « Transition politique et transformations sociales, politiques et économique au Burkina Faso : contributions pour un processus inclusif de refondation ».

L’objectif est d’accompagner la transition dans notre pays par des réflexions et propositions de reformes, notamment économique, à même de prendre en compte les aspirations du peuple burkinabè.

« Notre souhait est qu’il sorte de nos travaux des propositions pertinentes et consensuelles afin de couvrir les communications de la commission en charge des reformes et de la réconciliation nationales qui sera mis bientôt en pace », a dit Boureima Ouédraogo, médiateur de ARGA-Burkina

Les participants au forum
Les participants au forum

Les travaux de ce forum multi-acteurs se dérouleront en cinq axes majeurs, prenant en compte tous les aspects de la transition. Les participants vont se pencher notamment sur des questions qui ont contribué à renforcer les inégalités sociales et surtout creuser le fossé entre gouvernants et gouvernés telles la problématique des marches publics, la gouvernance des ressources naturelles (foncier et minier) et l‘agriculture.

Pour le président du CNT, Cherif Sy, qui a présidé la cérémonie d’ouverture, il espère également que des travaux sortiront des riches conclusions entrant dans les prérogatives de son institution. « Les idées et les réflexions qui vont être exprimées ici devront fortement, non seulement, impacter a transition mais surtout ‘après transition », a-t-il laissé attendre.

Maratou SOUDRE

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page