Algérie: Deuil national après le crash d’un avion faisant 257 victimes

Dans la matinée de ce mercredi 11 avril 2018 s’est écrasé un  avion militaire quelques temps seulement après son décollage de la base militaire de Boufarik. Le très lourd bilan estimé à 257 morts est  considéré comme le plus tragique que l’Algérie ait connu à la suite d’une catastrophe aérienne. Le président Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours qui va durer jusqu’à ce vendredi 13 avril.

La suite après cette publicité

Un avion militaire de type Iliouchine 76 transportant 257 personnes, membres de l’équipage et passagers confondus, s’est écrasé ce mercredi 11 avril 2018 à 7h50 (6h50 GMT), peu après son décollage, non loin de la base aérienne de Boufarik (Blida), en Algérie. L’appareil était en partance pour Tindouf, ville du sud-ouest de l’Algérie située à 1 800 km de la capitale, et Béchar.

Il constitue la pire catastrophe aérienne touchant l’Algérie et la 4eme la plus meurtrière au monde. Selon le Ministère aérien de la Défense, « la plupart (des passagers) sont des personnels de l’Armée nationale populaire ainsi que des membres de leurs familles ».

Les autorités algériennes attendent de se prononcer sur les causes du crash tandis que le général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale a ordonné la mise en place « immédiate d’une commission d’enquête afin de déterminer les circonstances de l’accident ». Quant au Président Abdelaziz Bouteflika, il a décrété un deuil national de trois jours à compter de ce mercredi 11 avril. Dans un communiqué de la présidence algérienne, il a « ordonné » qu’après la prière du vendredi 13 avril, soit récitée en mémoire des victimes la Prière de l’absent.

Ce drame rappelle celui du 24 juillet 2014, date à laquelle la dernière catastrophe aérienne impliquant un vol algérien avait été constatée. Un vol d’Air Algérie reliant Ouagadougou à Alger affrété par la compagnie espagnole Swiftair avait finitsa course dans le nord du Mali avec ses 110 passagers dont 23 Burkinabè.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                    Burkina24

Source: Jeune Afrique

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page