Hausse du prix du carburant : « Une action antisociale », selon le CDP

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès, organisera sa rentrée politique pour l’année 2018-2019 le 18 novembre 2018 à Ouagadougou. L’annonce de la tenue de cet évènement a été faite au cours d’une conférence de presse ce lundi 12 novembre 2018 au siège du parti. C’était aussi l’occasion pour le Comité National d’Organisation de la rentrée politique de se prononcer sur l’actualité au « Pays des Hommes intègres ».

La suite après cette publicité

Le 18 novembre 2018, le Congres pour la Démocratie et le Progrès (CDP) tiendra sa rentrée politique 2018-2019 sous le thème : « Face aux défis actuels et futures, bâtissons un CDP uni, solidaire et conquérant ». L’annonce de la tenue de cette rentrée a été faite par Aboubacar Sanou, secrétaire à l’organisation du parti et président du Comité National d’Organisation (CNO).

Pour lui, cette rentrée politique est un rendez-vous d’engagement et de détermination renouvelés : « Cette rentrée politique est l’occasion pour les militants de dynamiser leur attachement aux idéaux du parti. C’est aussi et surtout la rencontre du haut niveau du parti qui consacre les lignes directives à mener dans l’année. La rentrée politique est donc un espace de remobilisation générale des militants ».

Elle est également l’occasion pour le CDP de relever tous les dangers auxquels la gouvernance politique du parti au pouvoir expose toute la nation et de susciter une prise de conscience des militants mais aussi de tout le peuple burkinabè.

« La rentrée politique de cette année se tient dans un contexte national des plus inquiétants marqué par une fragilisation sans précédent de l’Etat. Aujourd’hui, nul ne sait là où on va. Des parties entières du territoire sont contrôlées par des forces obscures de tout genre.  Des populations sont abandonnées à leur triste sort et elles vivent constamment dans la peur. L’autorité de l’Etat ne reste plus qu’un leurre. L’extrême souffrance des populations semble être le dernier souci des autorités comme le montre si bien la soudaine et brutale décision gouvernementale d’augmenter le prix du carburant à la pompe de 75 FCFA. Ces mesures sont une action antisociale de plus pour un gouvernement qui se dit de gauche mais qui n’a aucune pitié pour les plus pauvres » (Aboubacar Sanou)

Pour le président du CNO de la rentrée politique du CDP, le gouvernement en place ne fournit pas d’effort pour sauver la situation nationale mais pire encore, il contribue à l’assombrir davantage : « Au-delà de cette gouvernance marquée par la politisation de l’administration publique, la gestion la plus obscure des marchés publics en étouffant tout opérateur économique n’étant pas du parti au pouvoir et la corruption à ciel ouvert, les gouvernants  actuels par des actes  inconséquents et inconsidérés ne cessent d’hypothéquer  le climat social. En témoignent les sombres stratégies engagées du pouvoir à étouffer les quelques syndicats qui osent encore faire de la critique constructive ».

Aboubacar Sanou a terminé en lançant un appel à tous les militants pour une mobilisation massive afin de réussir cette rentrée politique qui verra l’installation des membres du bureau exécutif national.

Basile SAMA(stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page