direction de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE)

Cantines scolaires au Burkina : Plus de 23 milliards de F CFA dépensés en 2017-2018

359 0

Le Ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), à travers la direction de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE), a tenu un point de presse ce mardi 12 février 2019 à Ouagadougou sur la gestion des cantines scolaires.

Au regard des impacts positifs des cantines scolaires, surtout sur les résultats scolaires, le gouvernement a pris l’initiative en vue de son fonctionnement effectif au profit des élèves. La  direction de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives  (DAMSSE) est  chargée de la gestion des cantines scolaires.

«La cantine scolaire, pour un pays tel le Burkina Faso, est d’une importance inestimable dans l’atteinte des finalités de l’éducation », a précisé le directeur de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives, Ilboudo Roger, lors d’un point de presse ce mardi 12 février 2019 à Ouagadougou.

Plus de 23 milliards de FCFA dépensés dans les cantines scolaires 

A l’écouter, en instaurant les cantines scolaires, le gouvernement vise l’amélioration des performances scolaires, les indicateurs d’accès, de maintien, d’achèvement et d’assurer une bonne santé nutritionnelle des apprenants. Dans le fonctionnement des cantines scolaires, l’Etat bénéficie du soutien de deux partenaires. Il s’agit du Catholic Relief Services (CRS) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

En ce qui concerne l’année scolaire 2017-2018, pour  l’alimentation des cantines scolaires, l’Etat Burkinabè a injecté la somme de 19 562 887 267 de FCFA. La dotation de CRS est estimée à 2 990 901 000 de FCFA et celle du PAM d’un montant, à 1 138 976 000, soit un total de 23 692764 267 de FCFA.

Ilboudo Roger a rappelé que les difficultés relatives à la gestion sont, entre autres, le retard de l’ouverture des cantines dans les établissements, l’insuffisance des moyens logistiques, la défaillance de certains fournisseurs.

Au regard des difficultés, il a suggéré que dans les jours à venir, l’Etat octroie des ressources conséquentes pour l’acquisition des vivres, résilie les contrats des fournisseurs défaillants et relit le guide de gestion des cantines. Concernant les conditions pour bénéficier des vivres en vue de l’ouverture d’une cantine scolaire, tout établissement doit formuler une demande et s’engager à respecter les barèmes de préparation des repas et fournir des rapports mensuels.

Au Burkina Faso, le secteur de l’éducation a connu différentes réformes. La question de la cantine scolaire s’est avérée déterminante dans la quête d’une éducation de qualité. Depuis l’époque coloniale, elle a existé sous les formes de cantine endogène et celle assistée.

Jules César KABORE

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre