Rémis Dandjinou : « Il n’y a pas un Etat qui gère directement un aérodrome »

Des syndicats ont marqué leur refus sur un projet de privatisation de l’aéroport international de Donsin et projettent observer un arrêt de travail du 11 au 12 octobre 2019. Le jeudi 3 octobre, le porte-parole du gouvernement a été interrogé par Burkina 24 sur la question.

La suite après cette publicité

A Burkina 24, le mercredi 2 octobre, Pépin Zabré, travailleur à l’aéroport de Ouagadougou, avait indiqué que le gouvernement est « en train de donner la gestion de l’aéroport (de Donsin) à un privé français, notamment l’aéroport de Marseille. Et ce dernier dit qu’on ne doit plus développer d’aéroport aux alentours de 400 kilomètres ».

Sur ce point, le ministre de la communication a confirmé qu’un opérateur est intéressé pour reprendre l’exploitation de l’aéroport de Donsin, « comme ça se passe dans tous les pays du monde aujourd’hui », dit-il. Mais, ajoute-t-il, « il n’y a pas un Etat qui gère directement un aérodrome. Ça n’existe plus ».

Lire 👉 L’aéroport de Bobo-Dioulasso en danger ?

Aussi, explique-t-il, « lorsque vous regardez la reprise des vols sur Bobo-Dioulasso, lorsque vous regardez les efforts qui sont faits pour qu’on ait d’autres aérodromes fonctionnels au Burkina, notre Etat n’est pas dans la logique de dire on va fermer les autres aérodromes ».

Rémis Dandjinou a rassuré que le Premier ministre a rencontré les différents acteurs et « nous sommes en discussion avec eux (les syndicats) ».

En rappel, du 11 au 12 octobre 2019, les travailleurs de l’aéroport international de Ouagadougou projettent observer un arrêt de travail.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

publicite


publicite

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

3 commentaires

  1. L e syndicat ne dit pas de ne pas privatisé l’aéroport, il demande tout simplement de le faire dans l’art. Il n’y a pas de précipitation dans une privatisation. il faut absolument que le gouvernement, le syndicat et toutes les personnes ressources se réunissent pour définir une stratégie idoine pour la concession de l’aéroport de Donsin. c’est aussi simple que ça !!! le gouvernement est là pour créer des conditions de vies favorables, d’organiser la société et non de créer des frustrations.

  2. Ce que les syndicats demandent, c’est qu’il y ait une réflexion profonde pour choisir la meilleure option pour la réalisation de l’aéroport de DONSIN. Pourquoi ne pas par exemple négocier avec notre nouveau partenaire qu’est la Chine Populaire pour qu’elle construise une infrastructure à la hauteur des ambitions du pays de Thomas Sankara, contre un remboursement sur une longue durée. L’infrastructure sera alors la propriété du Burkina Faso, qui pourra alors rechercher la meilleur entreprise pour la gérer. En effet, le niveau actuel du trafic de l’aéroport de Ouagadougou (500 000 passagers par an) n’est pas suffisamment attractif pour qu’un investisseur puisse mettre suffisamment d’agent pour réaliser une infrastructure de taille (comme l’aéroport d’Addis Abeba ou celui de Casambanca). Les experts disent qu’un aéroport est rentable à partir de 1 million de passagers.

  3. Bonsoir. Ce n’est pas la privatisation de l’aéroport le problème, c ‘est plutôt le contenu du contrat.
    je vous demande de lire le contrat, vous serez ahuri par les clauses du contrat. un gouvernement qui aime son peuple ne signera par un tel contrat. Le gouvernement avait promis crée des emplois mais avec ce contrat ils ont décidé de mettre les propres frères Burkinabé à la rue au détriment des Français qui viendront avec un seul intérêt « prendre nos ressources et s’en allez « . Et puis c’ est quand le gouvernement a rencontré le syndicat monsieur le Ministre?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page