Sécurité au Burkina Faso : 110 nouveaux officiers renforcent les rangs de la Police nationale

Après deux ans de formation passés à l’Académie de police, 110 nouveaux officiers dont 10 commissaires et 100 sous-lieutenants sont désormais prêts à servir la mère-patrie. La sortie officielle de cette 5e promotion des académiciens de Pabré marquée par le port de leurs épaulettes (galons) a eu lieu ce mardi 27 juillet 2021. 

La suite après cette publicité

La Police nationale renforce ses équipes avec 110 nouveaux officiers et commissaires, fruits de l’Académie de police de Pabré. Ils sont beaux, pour ne pas tomber dans l’exagération. Ils forcent l’envie de devenir policier ! Mais attention. Derrière toute beauté se cache un sacrifice. Le prix à payer. Comme le dirait un auteur anonyme, la beauté est un sacrifice. Eh bien !

Surtout dans ce cas précis de ces élèves commissaires et officiers de police habillés en costume noir, chemise bleue ciel, cravate noire bien arborée jusqu’au cou. Sur leurs têtes, chacun d’eux porte une casquette noire bien décorée de deux bandeaux blancs pour les sous-lieutenants, et un bandeau blanc et une broderie de couleur blanche pour les commissaires. Les « chapeaux » ont le point commun, leur couleur noire.

Le parrain de la promotion avec ses filleuls

Ce rayonnement est le fruit de deux ans de durs labeurs à l’Académie de police de Pabré, loin des projecteurs de Ouagadougou. Deux ans d’insomnie où certains d’entre eux ont peut-être eu à se poser la question s’ils ne s’étaient pas trompés de destination. Il n’y a pas de rose, sans épine. Aujourd’hui, leur persévérance a payé.

La fin d’une chose vaut mieux que son commencement, dit-on. C’est ce que nous constatons en cette matinée du mardi 27 juillet 2021, à l’Académie de police de Pabré. La 5e promotion de cette institution, créée en 2015 pour offrir à la Police Nationale un personnel de pointe, vient d’achever son parcours académique qui aura duré deux ans.

Fidèles à leurs places et à leurs positions, de loin, on croirait qu’ils sont immobiles. Il faut attendre la voix du commandant des troupes qui annonce l’arrivée d’un officiel pour qu’on les voie bouger. On sait, les cérémonies des forces de l’ordre généralement belles. Surtout leur défilé rythmé avec leurs chaussures lorsqu’elles arrivent à se poser sur le sol.

Des membres de famille, amis, connaissances des académiciens et même certains habitants de la commune rurale de Pabré, habitués de cette cérémonie, n’ont pas voulu se faire conter cette sortie officielle de la 5e promotion l’Académie de police.

Promotion « Unité »

Également, faut-il le préciser, cette cérémonie se matérialise par le port d’épaulettes (galons ) d’officiers et de commissaires pour ces élèves. Au rang des commissaires, ils sont 10, et il y a 100 officiers notamment des sous-lieutenants. Tous sont conscients de ce qui les attend sur le terrain.

Ce n’est pas pour rien qu’ils ont choisi pour nom de baptême « Unité ». Cette unité qui leur permettra de rester « forts » devant toutes les situations auxquelles ils devront faire face surtout en cette période d’insécurité grandissante que traverse le pays. La promotion a pour Parrain le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a réagi sur le nom de baptême de cette promotion « Unité ». Pour le Chef de l’État, c’est l’union des forces dans une même vision qui conduit au succès. « C’est parce qu’on est uni qu’on sait se préoccuper des problèmes des uns et des autres. C’est pour cela que je voudrais saluer la promotion pour avoir choisi ce nom », a réagi le Président du Faso.

Le ministre de la sécurité appelle à plus de cohésion entre les différents corps de son département.

Selon le ministre de la sécurité, Maxime Koné, cet nouvel effectif vient à point nommé. « Il permettra sans doute de renforcer les ressources humaines pour la poursuite et la réalisation de notre vision commune en matière de sécurisation des personnes et des biens », a-t-il relevé.

Éviter les querelles pour efficaces

Pour être efficace contre le terrorisme et la criminalité, le ministre de la sécurité a appelé ses éléments à éviter trois écueils. Notamment, les querelles entre les différents corps de son secteur, les incompréhensions inutiles entre supérieurs et subalternes, et le non-respect des droits humains.

Maxime Koné a invité les nouveaux officiers et commissaires à être de vrais leaders, des meneurs de troupes toujours à l’écoute de leurs Hommes. « Faites-vous respecter par vos subalternes à travers l’exemplarité de vos actes, par la transparence et par la responsabilité », a-t-il harangué ses troupes.

Il les a encouragés à travailler pour la cohésion entre les Forces de défense et de sécurité « parce que nous ne devons surtout pas nous tromper de combat ».

« Vous devez toujours avoir un comportement… »

Siébou Kambiré, major de la promotion recevant ses galons des mains du président du Faso

À son tour, le directeur général de l’Académie de Police, Edmond Tapsoba, a donné à ses Hommes les derniers conseils à l’image d’un enseignant. « Vous devez toujours avoir un comportement exemplaire et exempt de tout reproche en tout temps et en toute circonstance. Sachez que le chef n’exprime pas publiquement ses sentiments et se doit de ne jamais décevoir ceux qu’il a l’honneur de commander », leur a-t-il dit.

À l’entendre, les galons qu’ils ont reçus confirment la qualité de la formation dont ils ont bénéficiée durant les deux ans passés à l’Académie de police.

Leur rappelant le contexte actuel du Burkina Faso, marqué par la menace terroriste, Edmond Tapsoba a convié les nouveaux officiers à garder à l’esprit que le grade à lui seul ne suffit pas pour établir son autorité, s’ils veulent obtenir de bons résultats sur le terrain.

« Tout homme ne saurait exiger d’un autre qu’il lui obéisse s’il n’obéit pas à lui-même. Quoi qu’il arrive, gardez toujours le sens de l’action et soyez animés par le sens du devoir social », a-t-il renchéri.

Du côté des nouveaux officiers, le délégué, le commissaire Bakari Sanou, a laissé entendre que la situation sécuritaire et les multiples attaques orientées vers les populations civiles et les forces de défense et de sécurité sonnent comme une alerte d’interpellation pour eux afin de défendre la nation. Et ce, afin de léguer aux générations futures, un pays de paix, d’unité et de bonne espérance, a-t-il confié.

Cette sortie de promotion a été placée sous le thème, « La dynamique de la formation des forces de sécurité à l’aune des mutations de la crise sécuritaire au Burkina Faso ».

Willy SAGBE

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page