Burkina Faso : L’Académie nationale des arts et des lettres redynamisée

L’Assemblée Nationale a procédé à la validation du projet de loi portant modification de la loi n°021-2015/CNT du 11 juin 2015 portant création, organisation et fonctionnement de l’académie nationale des sciences, des arts et des lettres au Burkina Faso (ANSAL-BF), ce mardi 16 novembre 2021 à Ouagadougou.  

La suite après cette publicité
L’Académie nationale des arts et des lettres du Burkina Faso est une autorité scientifique, indépendante et pérenne de haut niveau dotée d’une personnalité morale et de l’autonomie financière. Son but est de contribuer à promouvoir le développement socio-économique du Burkina Faso par les sciences, les lettres, les arts et la culture.

« C’est pour alléger le mode de fonctionnement de cette académie qui est d’une importance capitale pour le développement de notre pays, parce qu’il s’agit de chercheurs de haut vol qui se sont mis ensemble pour soit être saisis par le gouvernement soit s’autosaisir par rapport à des préoccupations nationales, apporter des éléments d’éclairage pour orienter l’action gouvernementale », a expliqué le Pr Alkassoum Maïga, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.

En effet, la loi qui a créé cette académie date de 2015, avec le Conseil National de la Transition (CNT). Avant l’adoption de cette loi, il y avait trois postes, ce qui sera réduit en un seul, question de faire plus d’économie.

A entendre le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, cette décision vient à point nommé dans une période où on parle de réduction du train de vie de l’Etat.

« Il y avait donc un poste de DAF, un poste de comptable et un poste de DCMEF. Ça faisait lourd par rapport au fonctionnement et donc on a introduit cette relecture pour supprimer les trois postes, celui de DAF, de Comptable et celui de DCMEF, pour transformer tout ceci en DCMEF. Donc une seule personne va cumuler les trois niveaux de poste.

L’autre aspect, c’est de glisser de la comptabilité du type public vers la comptabilité du type privé, qui va permettre effectivement d’avoir de la flexibilité au niveau de la gestion des ressources de l’académie   », a-t-il indiqué.

A l’accoutumée, le projet de loi portant création et fonctionnement est conduit par le ministre en charge des finances, mais compte tenu de la thématique spécifique et particulière qui est orientée sur l’académie nationale des sciences, elle justifie la forte implication du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page