Transition au Burkina: Une « opportunité d’aller en profondeur » dans la révision du code électoral

Le premier ministre, Albert Ouédraogo a reçu la visite du président du Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), ce jeudi 31 mars 2022 à Ouagadougou. De cette visite matinale, il était question pour les membres de la CENI de prendre contact avec le nouveau chef du gouvernement mais aussi d’évoquer l’organisation à un retour à une vie constitutionnelle normale.

La suite après cette publicité

Depuis sa nomination à la tête du gouvernement, Dr Albert Ouédraogo reçoit une vague de visites. Pour certains, c’est une prise de contact et d’autres, c’est pour exposer leurs problématiques. Ce jeudi 31 mars, cette série de visites va se poursuivre avec le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

« C’était pour nous, en tant que commission électorale nationale indépendante, de prendre contact avec le nouveau chef du gouvernement pour faire connaissance« , a dit d’entrée le président de la CENI, Elysée Ouédraogo.

Outre la prise de contact, l’ordre du jour était également d’évoquer avec le Premier ministre ce qui constitue l’une des missions importantes de la transition qui est d’organiser le retour à une vie constitutionnelle normale.

« Qui parle de retour à une vie constitutionnelle normale parle nécessairement dans une démocratie d’organisation d’élections au sortir de la transition. Sur cette question, dans notre pays, vous le savez, c’est la commission électorale nationale indépendante qui a en charge la gestion de l’organisation des élections dans notre pays, donc il était important que nous puissions échanger avec lui sur ces questions« , a-t-il précisé. 

Toujours sur cette table d’échange, le président de la CENI s’est penché sur la révision du code électoral. A ce niveau, il a rappelé que le code électoral a été révisé en décembre 2021, mais c’était à minima, et cette période va donner l’occasion d’aller plus en profondeur de cette révision du code électoral.

« Cette période de transition offre l’opportunité d’aller sans doute en profondeur sur la revue et la révision de ce code électoral pour l’améliorer substantiellement et probablement prendre en compte certaines réformes importantes qui étaient souhaitées par la classe politique et sur lesquelles on avait demandé plus de temps pour pouvoir mieux s’organiser et y faire face.

Il n’y a certainement pas que le code électoral, il y a d’autres questions autour desquelles il convient donc de continuer à approfondir la réflexion pour améliorer notre système électoral en le réformant en profondeur« , a-t-il informé.

Au sortir de ces échanges, le président de la CENI a reçu des assurances de la part du chef de gouvernement sur l’accompagnement de leurs institutions en ce qui concerne le volet électoral. A en croire Elysée Ouédraogo, ces assurances viennent à point nommé car cela va leur servir à travailler pour préparer les échéances qui s’ouvrent dans le cadre de cette transition.

« Il y a plusieurs mandats qui doivent être renouvelés, il est également évoqué, probablement le passage à une nouvelle République et tout ça induit l’organisation de consultation électorale. Il était important que nous puissions avoir l’accompagnement du gouvernement sur ce volet« , a-t-il conclu.

Sié Frédéric KAMBOU 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page