30e édition du Festival Jazz à Ouaga : Les jazzophiles à l’honneur du 27 avril au 7 mai 2022

Les lampions de la 30e édition du festival Jazz à Ouaga ont été officiellement allumés dans la soirée de ce vendredi 29 avril 2022 à Ouagadougou. Durant 8 jours, la capitale du Burkina Faso va vibrer aux rythmes et sonorités d’artistes de Jazz venus d’ici et d’ailleurs. La cérémonie a été présidée par Valérie Kaboré, ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme. D’anciens ministres étaient également présents pour une communion autour du jazz. Il s’agit de Rémi Dandjinou, Abdoul Karim Sango, Tahirou Barry, Philippe Sawadogo et Ousséni Tamboura. 

La suite après cette publicité

« Le jazz est un vif douloureux, lent, il apaise, il bouleverse, c’est de la musique et il rythme la vie et c’est le pools de la vie », c’est à travers cette citation empruntée à la romancière québécoise Andrée Maillet que Valérie Kaboré, ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme, a entamé ses propos pour le top départ de la 30e édition de Jazz à Ouaga.

Jazz à Ouaga, un festival pérenne 

Une belle occasion de partage d’émotions, d’introspections, telle est la connotation donnée par la ministre de la culture au festival Jazz à Ouaga. De son avis, c’est un festival qui a su traverser le temps mais aussi un « bel exemple de résilience ». Et de renchérir que « cette nouvelle édition démontre en effet la pérennité et la très grande qualité d’un événement culturel structurant pour notre pays ».

Valérie Kaboré a réaffirmé l’engagement de son ministère à soutenir le festival Jazz à Ouaga qui favorise la promotion de la musique en général et du jazz en particulier. En effet, elle a soutenu que malgré le contexte budgétaire difficile, son ministère a reconduit son soutien au festival à Jazz à Ouaga à hauteur de 10.000.000 FCFA.

Les différents ministres de la culture célébrant les 30 ans de Jazz à Ouaga
Les différents ministres de la culture célébrant les 30 ans de Jazz à Ouaga

Soutenir la culture, c’est un sacerdoce

En outre, La ministre de la culture a remercié les partenaires financiers qui ne ménagent aucun effort pour accompagner les manifestations culturelles qui constituent une vitrine pour le pays. Et de les inviter à continuer sur cette lancée car, « c’est un sacerdoce de soutenir ce pan de notre économie qui n’a pas encore pu occuper toute sa place ». 

De son côté, Lacina Diawara, parrain de cette trentenaire, a ajouté que célébrer le Jazz, c’est célébrer la créativité, les partenariats, la collaboration et la liberté d’expression. Toute chose qui promeut les objectifs du développement durable et favorise le dialogue entre les cultures. Par ailleurs, il a rendu un hommage à Abdoulaye Diallo, le principal promoteur, pour la vulgarisation du jazz.

« Abdoulaye Diallo s’est consacré à l’évolution du Jazz à Ouaga. Il a voulu que le jazz qui est une musique de rencontre de culture, de dialogue, de culture ou tout le monde apporte quelque chose, il a souhaité que les musiciens burkinabè puissent faire leur part d’apport », a-t-il témoigné.  

Abdoulaye Diallo, promoteur du festival Jazz à Ouaga
Abdoulaye Diallo, promoteur du festival Jazz à Ouaga

Tous les artistes programmés sont présents

Le promoteur du festival, Abdoulaye Diallo, a exprimé sa fierté et sa satisfaction quant à la pérennité du festival Jazz à Ouaga. Il a annoncé que durant toutes les festivités, une pléthore d’artistes locaux et internationaux feront vibrer les festivaliers à savoir Cheikh Tidiane Seck, Patrick Kabré, Bassékou Kouyaté du Mali, Sékou Benbeya Diabaté du Benbeya jazz, Adama Victoine du Tchad, Moïse Ouattara, deux groupes du Togo, deux groupes du Sahel à savoir Gorom-gorom et Dori…

« Une trentaine de groupes qui seront programmés durant les 8 jours. On a réussi le pari. Tous ces artistes ont confirmé, ils sont tous là. Et en plus de cela, on a pu faire deux résidences de création de haut niveau et une conférence sur l’histoire du Jazz  », s’est exprimé Abdoulaye Diallo avec une note de satisfaction.

Du reste, il a lancé une invitation à l’endroit de la population à effectuer massivement le déplacement afin de participer, de se décompresser, de semer et cultiver l’espoir au vu de la situation que traverse le pays.

La cérémonie de lancement a connu la prestation d’artistes comme Patrick Kabré, Cheick Tidiane Seck et une démonstration de dance de la troupe de Irène Tassembédo.

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page