Burkina Faso: L’alliance des jeunes patriotes appelle à soutenir les initiatives de réconciliation

Les premiers responsables de l’alliance des jeunes patriotes du Burkina Faso se sont prononcé sur la réconciliation nationale et la cohésion sociale ce jeudi 7 juillet 2022 à Ouagadougou. Selon eux, la réconciliation doit être une affaire de tous et non un apanage d’une couche sociale donnée.

La suite après cette publicité

Pour ces jeunes, la nécessité de réconciliation et la quête de solution à la cohésion sociale ont toujours ont été perçues par les dirigeants burkinabè depuis un bon nombre d’années. Mais les moyens mis en œuvre et les mécanismes proposés ont toujours empiété.

« Face au péril que notre pays traverse, le processus de la réconciliation nationale devrait être sincère et ne saurait être uniquement destiné à une couche donnée. C’est l’affaire de tous, et de chacun en synergie d’actions. Dans ce sens, la triptyque vérité-justice-réconciliation est pour certains la voie royale pour résorber toutes ces situations », a laissé entendre Boureima Ouédraogo, président de l’alliance des jeunes patriotes du Burkina.

Boureima Ouédraogo

Selon Boureima Ouédraogo la triptyque vérité-justice-réconciliation présente des limites pratiques qui rentrent de façon aléatoire dans l’administration efficiente de la justice. « Dans le principe, elle permettrait à toute victime de connaître la vérité, à la justice de situer les responsabilités, à indemniser les victimes et réparer les torts », a-t-il noté.

A l’entendre avec cette démarche, il est difficile d’aboutir à des résultats probants suite à la lenteur du traitement des dossiers judiciaires et surtout leur complexité. « Rien n’est sûr avec cette justice classique. Pour certains acteurs, la réussite de ce processus est conditionnée par la mise en œuvre d’une justice transitionnelle qui mettrait beaucoup plus l’accent sur la réparation des torts que de rechercher à punir les coupables », a-t-il poursuivi.

D’après les membres de l’alliance des jeunes patriotes du Burkina Faso, le temps presse et il faut aller vite vers toutes ces options pour sortir le pays de l’impasse qu’il traverse. « Tout le monde sait qu’aucune nation divisée n’a jamais gagné une guerre. Nous devons donc mettre tout en œuvre pour y parvenir dans les meilleurs délais, car l’ennemi occupe déjà 60% de notre territoire occasionnant ainsi des tueries massives des civiles et détruire notre maigre infrastructure économique.

Voilà pourquoi nous soutenons le processus de réconciliation initié par le président de la transition qui préconise la réconciliation comme clé de voute de cette réconciliation tant souhaitée », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, ces jeunes notent que leur ambition est de trouver des solutions pragmatiques qui permettent de dépasser les clivages. « Il n’ y a pas de formule magique pour y parvenir. Cela demande d’abord une forte volonté politique partagée par le plus grand nombre. L’Afrique du Sud, le Mali et la Côte d’Ivoire sont toujours des beaux exemples en termes de réconciliation réussie.

Au vu des actions du moment, il faut reconnaitre que nous avons besoin d’un leadership exceptionnel pour y parvenir, nous devons nous appuyer et encourager les initiatives de l’institution en charge de cette question et féliciter les prémices tels que la rencontre inédite entre le président du Faso et ses prédécesseurs« , a-t-il  terminé.

Willy SAGBE et Welly TAMBOURA

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page