La décision d’inhumation à Pô de Dabo Boukary est venue du défunt Salifou Diallo, selon Gilbert Diendéré

Après l’interrogatoire du médecin Lieutenant-colonel Mamadou Bamba, le général Gilbert Diendéré est appelé à la barre, ce 19 septembre 2022. 

La suite après cette publicité

Prenant la parole, il s’est d’emblée incliné sur la mémoire de Dabo Boukary et a dit toute sa compassion à tous ceux qui ont subi des préjudices lors des événements de l’année 1990. Il a également tenu à revenir sur les faits en commençant par la journée du 16 mai 1990.

Dans son récit, il dit avoir été informé le 16 mai 1990 d’une manifestation d’étudiants à l’université, alors que « je n’étais pas au Conseil de l’entente au matin », souligne-t-il.

Dans la soirée, si l’on en croit son propos, il a été mis au courant de l’arrestation de certains étudiants.
Et lui, de demander : «Qui a ordonné l’arrestation de ces étudiants ?». « Les ordres venaient du cabinet du Président du Faso (Blaise Compaoré, à l’époque)», lui a-t-on répondu.

C’est ainsi que, fait savoir le général Gilbert Diendéré, après s’être rendu au cabinet du Président du Faso, lui a-t-on ordonné de libérer les étudiants arrêtés et gardés au Conseil de l’entente. Ce qui a été fait. « J’ai fait sortir des bus pour les déposer à l’université, histoire de les mettre dans les conditions », a-t-il déclaré, en laissant entendre qu’au moment des faits, le Directeur de cabinet du Président du Faso était feu Salifou Diallo.

La journée du 19 mai 1990

De retour d’une mission en province, Gilbert Diendéré dit avoir été informé du décès «d’un civil au niveau de la permanence du Conseil de l’entente» par Ali Nébié, sous-officier, un élément sous son commandement, à son domicile.

Celui qui reconnaît s’être rendu sur ledit lieu, plus tard, pour « constater le décès de Dabo Boukary », dit avoir rendu compte au Président du Faso.

Le Président du Faso, des dires du général, s’est emporté et lui a demandé de «prendre les dispositions pour l’enterrement», en lui notifiant que Salifou Diallo allait se charger de prévenir la famille du défunt.

La décision d’inhumation dans la ville de Pô de la dépouille de Dabo Boukary, selon les déclarations du général, est venue du défunt Salifou Diallo.

Gilbert Diendéré a par ailleurs laissé entendre que Somé Gaspard et un nommé Maïga, entre autres, qui ont procédé à l’arrestation des étudiants, étaient sous son commandement, mais n’ont pas agi sur son commandement.

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page