Le Pr Alkassoum Maïga aux journalistes : « Mettre l’accent sur ce qui fait notre force et non notre faiblesse »

Coorganisée par l’Organisation non gouvernementale (ONG) Vision plurielle et la coordination nationale de contrôle des forces de Police, la première session de formation au profit des Hommes de média et des Organisations de la société civile (OSC) sur les fondamentaux de la Police de proximité, leur rôle et leur contribution à la coproduction de la sécurité dans un contexte particulièrement marqué par le terrorisme s’est ouverte ce vendredi 2 décembre 2022 à Ouagadougou, sous le parrainage du Pr Alkassoum Maïga, ancien ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.  

La suite après cette publicité

Associé à cette session de formation, le comité de pilotage du Centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ), par la voix de Inoussa Ouédraogo, a dit la nécessité de repenser la couverture médiatique dans le contexte actuel.

Pr Alkassoum Maïga
Pr Alkassoum Maïga, parrain.

Le Pr Alkassoum Maïga, en sa qualité de parrain, a fait savoir ses attentes vis-à-vis de ses filleuls. « Que vous soyez des journalistes qui défendent l’objectivité ; le baromètre de l’objectivité, c’est le cartésianisme. Ne soyez pas des journalistes paresseux, parce que votre paresse met en danger. Vous ne devez pas être dans le terrorisme journalistique », a-t-il d’emblée indiqué.

Il a ensuite mentionné que la première sécurité, c’est la communication. En effet, pour lui, face à certaines situations, vaut mieux garder le silence. « Mettre l’accent sur ce qui fait notre force et non notre faiblesse. Il y a des situations où il veuille mieux de garder le silence plutôt que de communiquer, ce qui n’est pas juste. Notre première sécurité, c’est notre communication. Reconnaissez ce qui est bon et aidez-nous à redresser ce qui n’est pas arrivé », a-t-il invité.

La bataille, a-t-il aussi soutenu, est gagnée si journalistes et OSC se mettent en ordre de bataille dans le sens de combattre le terrorisme. A en croire Mahamadou Sana, ministre délégué au Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS), la présente session ambitionne de doter les acteurs des médias et de la société civile de nouveaux paradigmes en matière de coproduction de la sécurité.

Ainsi, « il s’agira de les former sur leur rôle et contribution dans la coproduction de la sécurité dans un contexte marqué par le terrorisme ; sur les fondamentaux en matière de respect des droits des citoyens dans la source d’information ; à l’initiation du bon usage de certaines expressions et terminologies  juridiques et judiciaires ; sur la sensibilisation des conséquences de certaines publications sur les réseaux sociaux», a-t-il fait savoir, souhaitant qu’au sortir de la session, il y ait une prise de conscience de la part des différents acteurs afin d’aboutir à « des publications plus responsables dans un élan patriotique».

Jean Emmanuel Ouédraogo
Jean Emmanuel Ouédraogo, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement.

Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel Ouédraogo, saluant l’initiative de par sa présence, a déclaré que le Capitaine Ibrahim Traoré n’a jamais évoqué le terme de tentative de coup d’Etat…

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page