Arrondissement n°1 de Ouaga : Le PDS donne le ton pour la réalisation d’une étude technique et budgétaire de l’Avenue Ouezzin Coulibaly

Le Président de la délégation spéciale (PDS) de l’arrondissement n°1 de la ville de Ouagadougou, Wend-Yam Pierre Koanda, a officiellement donné le top départ de la réalisation d’une étude technique et budgétaire de l’Avenue Ouezzin Coulibaly (entre le terrain du Mogho Naaba et les feux tricolores du quartier Saint-Léon à Ouagadougou), souhaitée par des jeunes de son arrondissement, réunis autour de l’initiative « En attendant que ». C’était ce jeudi 9 mars 2023 sur ladite avenue. 

La suite après cette publicité

Outil topographique en mains, le Président de la délégation spéciale (PDS) de l’arrondissement 1 de la ville de Ouagadougou, Wend-Yam Pierre Koanda, accompagné du Coordonnateur de l’initiative « En attendant que », Kamanga Mathias Zida, a déclaré officiellement lancée l’étude technique et budgétaire du bitumage de 500 mètres de l’Avenue Ouezzin Coulibaly, entre le terrain du Mogho Naaba et les feux tricolores du quartier Saint-Léon à Ouagadougou.

Wend-Yam Pierre koanda, PDS de l’arrondissement 1.

Il a en effet salué l’initiative des jeunes de son arrondissement et a invité à emboiter leur pas. « C’est une initiative très salutaire que la délégation spéciale accompagne. L’occasion est très belle pour également lancer un appel à toutes les bonnes volontés, à toute la population, à toutes les personnes ressources, à tous les opérateurs économiques à emboiter le pas de l’initiative ‘’En attendant que’’.

Nous avons plusieurs domaines où l’on peut intervenir : le domaine de l’assainissement, le domaine des routes… C’est se mobiliser pour que l’arrondissement 1, au cœur de la ville de Ouagadougou, occupe la première place qui est la sienne au sein de la ville », a déclaré le PDS de l’arrondissement 1.

Kamanga Mathias Zida, Coordonnateur de l’initiative « En attendant que ».

Pour le Coordonnateur de l’initiative « En attendant que », Kamanga Mathias Zida, l’Avenue en question est en souffrance et ce, depuis bien longtemps ; et ne permet donc pas une libre circulation des usagers et met mal à l’aise les riverains. C’est ainsi qu’eux, jeunes de l’arrondissement, dit-il, ont pensé à la réhabilitation de l’avenue dans les règles du BTP.

Lire aussi 👉🏿 Reboucher les nids-de-poule à Ouaga : Le combat de Kamanga Mathias Zida

Mais avant, a-t-il précisé, il était important de prendre attache avec la mairie de notre arrondissement afin de solliciter les services de ses techniciens pour la réalisation d’une étude technique et budgétaire.

« C’est ce qui explique notre présence sur ces lieux ce matin », a-t-il ajouté. Il a aussi fait savoir « que cette action, toutes les autres que nous avons eu à mener et celles que nous envisageons mener s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle dynamique enclenchée par le gouvernement de transition dans ses efforts de développement durable ».

Plusieurs équipes techniques mises à contribution

Seydou Gango, Technicien en Génie civil à la mairie de l’arrondissement 1 de Ouaga.

Selon Seydou Gango, Technicien en Génie civil à l’arrondissement 1, faire un travail dans les normes du BTP revient à décaper tout le bitume existant et revoir les différents niveaux. « Ce qui fait que nos voies sont délabrées, c’est la pluie. Quand il pleut et que l’eau se retrouve sur le bitume, ça contribue à dégrader la voie.

Lire aussi 👉🏿 Ouaga : EBOMAF appelé à la rescousse pour la réfection d’une voie

Nous allons essayer de faire de telle sorte qu’on ait des pentes qui vont diriger les eaux dans les différents caniveaux qu’on va créer », a-t-il expliqué laissant aussi entendre que tous les moyens seront mis afin de rendre très rapidement l’étude souhaitée.

Youmali Tankoano, chef de service des routes et des ouvrages hydrauliques à la Direction générale des services techniques municipaux (DGSTM), a rassuré de l’accompagnement technique de son service dans le cadre de la réalisation de cette étude. « Avec cette étude, on pourra donner une idée du coût de cette réhabilitation », a-t-il indiqué.

Pour rappel, la même initiative a procédé, en octobre 2022, à la réhabilitation temporaire du même tronçon. Et tout récemment, elle a contribué à l’effort de guerre à hauteur d’un demi-million de F CFA au trésor public.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page