MGF: la première dame du Faso plaide pour l’adoption d’une résolution onusienne

Madame Chantal COMPAORE en train de signer la pétition internationale. Photo: Présidence du Faso

Invitée par une coalition d’ONG, la première dame du Burkina a pris part, le 03 mai 2012 à Bruxelles, à la cérémonie de lancement d’une pétition internationale pour l’adoption d’une résolution par l’Assemblée générale des Nations Unies interdisant les mutilations génitales féminines dans le monde.

La suite après cette publicité

Ambassadeur de bonne volonté du Comité Interafricain (CI-AF) et Coordonatrice de la campagne internationale pour l’interdiction mondiale des Mutilations Génitales Féminines (MGF), Chantale Compaoré a vu son combat salué durant son séjour en Belgique.

Selon un communiqué de presse de la présidence du Faso, la première dame a saisi l’occasion, à toutes les étapes de son séjour et notamment au Sénat belge, pour insister sur la nécessité pour la communauté internationale d’adopter une résolution qui couronne et accompagne les acquis en matière de lutte contre les mutilations génitales féminines. Cette résolution donnera une autre dimension et une impulsion nouvelle à la dynamique en cours, espère la première dame du Faso.

C’est dans cette conviction que Chantale Compaoré a signé la pétition internationale pour l’adoption d’une résolution par l’Assemblée générale des Nations Unies interdisant les mutilations génitales féminines dans le monde, a déclaré le communiqué.

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page