Vers une société de l’information plus inclusive: des progrès appréciables » selon Me Gilbert Ouédraogo

Maître Gilbert G. Noël OUEDRAOGO

Du 14 au 18 mai 2012 se tenait à Genève le Forum 2012 du Sommet mondial sur la société de l’information. A cet important rendez-vous des décideursprenait part une délégation du Burkina Faso, conduite par le Ministre des transports, des postes et de l’économie numérique. A la faveur de la semaine national de l’internet, Burkina 24 revient sur la participation du ministre Gilbert  à cet important événement dans une interview qu’il nous accordée. Il y revient de façon générale sur la fracture numérique et sur l’accès à l’information au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Burkina 24 (B24): Monsieur le ministre, vous venez de prendre part au  Forum 2012 du Sommet mondial sur la société de l’information à Genève. Quels sont les objectifs de ce Forum et en quoi est-il important pour le Burkina Faso ?

Gilbert Ouédraogo (GO): Le Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMI) est le plus vaste rassemblement annuel mondial de la communauté des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) au service du développement. La première phase de ce sommet a eu lieu à Genève en décembre 2003 avec l’objectif de formuler une déclaration claire de volonté politique et de prendre des mesures concrètes pour poser les bases d’une société de l’information accessible à tous

Quant à la seconde phase qui s’est déroulée à Tunis en novembre 2005, elle a porté sur la mise en œuvre du Plan d’action de Genève. Les efforts avaient pour objectif d’aboutir à des solutions concrètes et de parvenir à des accords sur la gouvernance d’Internet, les mécanismes de financement, le suivi et la mise en œuvre des documents de Genève et de Tunis.

Les différents Forums de suivi du SMSI ont pour objectifs de fournir un inventaire des activités entreprises par les gouvernements et toutes les parties prenantes dans l’implémentation des décisions de Genève, et examiner les progrès réalisés pour la construction de la société de l’information.

Ce Forum présente un intérêt certain pour notre pays, en ce sens que la vision du Burkina Faso sur la Société de l’Information a été partagée et enrichie par les échanges d’expériences, les contacts noués, l’information et la participation aux discussions et des consultations multi-parties prenantes sur de nombreux aspects de l’utilisation des TIC pour le développement.

 

B24:  Pour le forum 2012 de ce sommet  qui devait examiner la mise en œuvre des recommandations adoptées à Tunis en 2005, à quelles conclusions générales ou constats êtes-vous parvenus ?

GO: De l’avis général, bien que tous les objectifs n’aient pas été atteints totalement, les résultats obtenus sont de loin satisfaisants. Il a été passé en revue les résultats acquis dans les domaines du développement dans les zones rurales, les infrastructures TIC, la cybersécurité, le multilinguisme, l’environnement durable, l’éducation, les soins de santé, l’innovation etc. Ensuite il a été question des défis à relever après 2015, où ces préoccupations resteront d’actualité.

 

B24: Quel a été lapport du Burkina Faso à ce forum en termes de réflexions, dexpériences et de propositions?

GO: Le Burkina Faso a participé activement aux travaux de ce Forum. La délégation que je conduisais s’est organisée pour assister aux différentes sessions thématiques traitées.

J’ai personnellement présidé le segment ministériel de haut niveau qui a discuté de la gouvernance du cyberespace et cyberpaix où la cybersécurité tient une place importante. Nous avons abouti à un engagement fort des parties prenantes avec à la clé des annonces de contributions techniques et financières. Il faut souligner qu’IMPACT est actuellement fortement soutenu par le Président du Faso à qui échoie depuis l’année dernière, la présidence du Conseil d’administration.

D’autres sujets ayant trait à l’appui du programme écologique, aux femmes et aux jeunes filles dans le secteur des TIC, ainsi que les TIC au service de la reconstruction après un conflit, ont été examinés par les ministres.

J’ai participé en outre à plusieurs panels en tant qu’intervenant pour partager l’expérience du Burkina en matière de TICs.

 

B24: Quelles autres questions dintérêt pour nos pays avez-vous abordées à ce forum ?

GO: Nous avons eu des réunions de travail avec le Secrétaire général de l’UIT, en la personne du Dr Hamadoun TOURE et avec le Directeur du Bureau de Développement de l’UIT, Monsieur SANOU Brahima qui est notre compatriote. Au cours de ces entretiens nous avons passé en revue un certains nombre de projets initiés conjointement avec l’UIT. Il s’agit du projet E-conseil des Ministres, du projet MacCaw de réseau sans fil à large bande, destiné à relier une dizaine de localités du Burkina Faso, du projet centre de veille sur la cybersécurité et bien d’autres sujets d’intérêt pour nos deux institutions.

Certains sujets abordés comme le E-agriculture nous ont beaucoup apporté car étant l’une des grandes orientations identifiées dans le Plan d’action de Genève du SMSI.

 

B24: A Tunis, les Gouvernements avaient été exhortés à user des TICs pour créer des systèmes publics d’information sur les lois et règlements et à faciliter l’accès à l’information. Quest-ce que le Gouvernement burkinabé a pu faire dans ce sens, ou quenvisagez-vous pour traduire cet engagement en réalité quand on constate que nombre de sites web gouvernementaux ne sont pas à jours ?

GO: Au niveau du Burkina Faso, nous avons tout d’abord essayé de mettre en place un cadre légal et réglementaire adapté et à ce niveau une cyberlégislation est en cours de mise en œuvre avec deux textes déjà adoptés, une loi sur les transactions électroniques et une autre loi sur la gestion du nom de domaine de premier niveau (le point BF : .bf).

Quatre textes sont en cours d’adoption : deux lois dont l’une sur la modification du code pénal et l’autre sur la modification du code de procédure pénale en vue de les adapter à la lutte contre la cybercriminalité, une loi sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur et une loi portant modification de la loi sur les données à caractère personnelle.

En plus de cela, d’autres initiatives sont en cours, telles que la mise en œuvre du E-gouvernement dans le cadre des cyberstratégies sectorielles dont l’élaboration est terminée. Sur le cas spécifique des sites Web gouvernementaux, des actions de mise à niveau et de dynamisation sont en cours avec des appels d’offres programmés.

 

B24: Pouvez-vous nous rappeler en quelques lignes ce qui est fait au niveau régional et national pour  réduire la fracture numérique ?

GO: Au niveau national, la réforme du secteur des télécommunications engagée depuis 1998 a abouti à sa libéralisation avec l’introduction de la concurrence et un organe de régulation. Cela a permis le développement des réseaux, d’élargir l’offre de service et la diminution des coûts des services. A titre d’illustration, le territoire national est couvert par les réseaux cellulaires (7 682 100 abonnés mobiles) à environ 70% et la population est couverte à plus de 80% avec une télédensité globale de 48,15% en 2011.

Des projets nationaux sont à l’ordre du jour dont le Backbone national et le WARCIP qui vont contribuer à la couverture nationale en réseaux larges bandes et permettre d’améliorer la qualité des services offerts et une diminution des coûts. Il existe aussi le Fonds du Service Universel (FSU) qui va nous permettre d’apporter les services de télécommunications dans les zones défavorisées.

Au niveau régional, des initiatives sont en cours pour résoudre le problème des chainons manquants au niveau des interconnexions sous régionales. Des concertations avec l’UEMOA, la CEDEAO et les pays voisins ont eu lieu et des projets sont en cours de mise en œuvre, notamment la liaison avec le Ghana qui sera inaugurée le 28 juin prochain et celle avec le Niger dont les travaux en cours avec l’ONATEL.

 

B24: Comment appréciez-vous l’évolution en Afrique et particulièrement au Burkina Faso en matière d’édification dune société de l’information ?

GO: L’évolution de notre transition vers une société de l’information plus inclusive est certes lente, mais les progrès réalisés sont appréciables. Si nous analysons la percée du mobile, que ce soit au Burkina Faso ou partout ailleurs en Afrique, ces motifs de satisfaction sont réels. Les efforts doivent cependant se poursuivre dans le domaine des infrastructures et dans l’appropriation de ces outils pour plus de productivité, d’efficacité, de promotion personnelle, gages de développement durable.

publicite


publicite

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page