Dans la commune de Bogandé, un forum appelle à agir face à l’état préoccupant de l’éducation

A l’initiative du comité communal de l’éducation de la commune de Bogandé (CCE/CB), un forum a été consacré à l’état de l’éducation au sein de la commune, sous le thème « Education et développement : état des lieux aux niveaux primaire et post-primaire ». L’initiative a eu l’adhésion des fils et filles de toute la Gnagna, mobilisés en grand nombre, le 1er septembre, pour faire leur la problématique de l’éducation dans la commune de Bogandé et s’accorder sur la nécessité d’agir.

La suite après cette publicité
Une vue des participants au forum, à la cérémonie d’ouverture. (Ph. Yarga T. Cédric)

Dans la commune de Bogandé, seulement 20% des besoins en salles de classes équipées sont satisfaits, selon le président du CCE/CB qui souligne que « si rien n’est fait pratiquement 60%  à 70% des admis au CEP n’iront pas à l’école à la rentrée prochaine ». Et le manque d’infrastructures ne serait qu’une des difficultés sur lesquelles bute le développement de l’éducation dans la commune.

Face aux multiples problèmes qui mette du plomb dans l’aile de l’éducation, les participants au forum ont été tous unanime sur l’urgence d’agir « sans attendre une solution miraculeuse venant de l’extérieur », selon les mots de Monsieur Salif Tindano, PDG de Diamondi Services et parrain du forum.  » L’heure n’est plus au discours » a entériné le Haut-commissaire de la province de la Gnagna, président du forum.

De gauche à droite, le Haut commissaire de la Gnagna, le PDG de Diamondi Serives Salif Tindano, et le président du CCE/CB. (Ph. Yarga T. Cédric)

A côté des problèmes qui ont été diagnostiqués par les participants, des solutions ont été envisagées dont certaines n’attendent que la conscience et la bonne volonté des ressortissants de la commune ou encore l’action de lobbying de ceux qui ont une influence dans les différentes sphères  décisionnelles. De plus, un appel un appel à investissement est fait aux opérateurs économiques de la commune pour l’ouverture d’établissements d’enseignement privés.

Mais déjà, pour un exemple de geste, l’engagement du parrain à hauteur de dix (10) tonnes de ciments et cinq millions (5.000.000) de Francs CFA pour l’achèvement d’un chantier de construction de salles de classe, est appréciable et n’attend que d’être suivi, dans un élan de solidarité communale et provinciale appelé de tous ses vœux par le Haut commissaire de la province, afin que l’éducation ne soit pas laissée pour compte.

Avec la collaboration de François Bangou (Ressortissant de la Gnagna)

A propos du CCE/CBLe comité communal de l’éducation de la commune de Bogandé (CCE /CB), crée le 15 mars 2007, s’est donné pour mission première de sensibiliser les parents à la nécessité de scolariser leurs enfants dans le but d’accroître le taux de scolarisation et de maintien des élèves de la commune. Loin de toute appartenance politique, le CCE se veut un cadre d’action pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan communal de développement de l’éducation.

François Bangou

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

5 commentaires

  1. Il n'est jamais trop tard pour bien faire! Reste ? souhaiter que ce genre d'initiatives soient soutenues par tous les fils et filles de la GNAGNA et du GULMU tout entier, afin de d'amorcer un r?el ?panouissement socio-?conomique au profit des braves populations de cette r?gion!

  2. Il n'est jamais trop tard pour bien faire! Reste ? souhaiter que ce genre d'initiatives soient soutenues par tous les fils et filles de la GNAGNA et du GULMU tout entier, afin de d'amorcer un r?el ?panouissement socio-?conomique au profit des braves populations de cette r?gion!

  3. Il n'est jamais trop tard pour bien faire! Reste ? souhaiter que ce genre d'initiatives soient soutenues par tous les fils et filles de la GNAGNA et du GULMU tout entier, afin de d'amorcer un r?el ?panouissement socio-?conomique au profit des braves populations de cette r?gion!

  4. Il y’a aussi d’autre d?partement de la province de la gnagna qui souffrent de ce manque d’infrastructures. Il y’a le d?partement de liptougou qui ne compte qu’un CEG, alors qu’il y’a plus de 300 admis au CEP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page