Tita Naponé : Le Premier ministre et la BOA inaugurent une école primaire

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a inauguré une école primaire publique de trois classes offerte par la fondation Bank Of Africa (BOA), le 30 novembre 2013 à Tita Naponé, un village de la commune rurale de Pouni.

La suite après cette publicité

Lassiné Diawara (à g.) et Luc Adolphe Tiao procédant à l'inauguration de l'école de Tita Naponé (Ph : DR)
Lassiné Diawara (à g.) et Luc Adolphe Tiao procédant à l’inauguration de l’école de Tita Naponé (Ph : DR)

Luc Adolphe Tiao a tenu une promesse de campagne dans sa commune natale en coupant le ruban d’inauguration de l’école primaire de Tita Naponé, le 30 novembre 2013. Pendant la campagne électorale de 2012, le Premier ministre, candidat à la législature, après avoir vu l’état de la seule école primaire du village, a promis aux populations de « faire quelque chose ».

Le chef du gouvernement burkinabè dit avoir alors saisi le PCA (Président du conseil d’administration) de la BOA Burkina, Lassiné Diawara, de cette préoccupation. Ce dernier, selon les confidences du « PM », « n’a pas hésité » à convaincre la fondation de la banque de débloquer les 100 millions de F CFA nécessaires à la construction du centre de vie à Tita Naponé.

La nouvelle école de Tita Naponé (Ph : DR)
La nouvelle école de Tita Naponé (Ph : DR)

Le centre de vie est un concept développé par la fondation BOA. Il consiste, explique Lassiné Diawara, à « regrouper sur un même lieu, les différentes infrastructures permettant de créer les conditions optimales de prise en charge des populations ».

 Le centre de vie peut être de type santé ou de type école. C’est ce dernier qui a été inauguré à Tita Naponé. Il comprend une école primaire de  trois classes, trois logements d’enseignants, un forage, un centre de soins et une cantine solaire, le tout fonctionnant à l’énergie solaire.

L’école sera normalisée à six classes et six logements d’enseignants dans les prochaines années, portant le coût total à 170 millions de F CFA, a souligné Lassiné Diawara.

« Le gouvernement ne peut pas tout faire tout seul »

Il faut noter que la fondation BOA a résolument tourné son champ d’action vers le social,  précisément la santé et l’éducation. Selon Lassiné Diawara, cela participe au fait que le secteur privé doit aider l’Etat dans les secteurs vitaux. La fondation, dit-il, « est convaincue que le secteur privé doit se mobiliser aux côtés du gouvernement pour répondre aux besoins et préoccupations réels des populations, en particulier les plus démunies ».

Un principe que partage Luc Adolphe Tiao qui a déclaré lors de la cérémonie d’inauguration que le « gouvernement ne peut pas tout faire tout seul ». Du reste, il a salué l’action de la fondation BOA. Selon lui, elle démontre « qu’il n’y a pas une contradiction entre se faire de l’argent et aider les pauvres».

A l’égard du PCA de la BOA Burkina, le Premier ministre lui a rendu un hommage public au nom du président Blaise Compaoré. « Il y a des hommes qui font beaucoup de bien mais qu’on connait à peine. C’est vrai que monsieur Lassiné Diawara n’est pas un inconnu au Burkina Faso. Mais on n’a jamais vu monsieur Lassiné Diawara se vanter de telle ou telle chose », a relevé Luc Adolphe Tiao.

Tita Naponé est l’un des 33 villages de la commune rurale de Pouni, commune natale du Premier ministre, dans la région du Centre-Ouest. Selon les chiffres du maire Julienne Gué, le village compte 2 824 habitants dont 1 378 sont âgés entre 0 et 14 ans. Avec l’accroissement démographique estimé à 1,27% par an dans la commune, d’autres écoles de ce genre ne seraient pas  les mal venues, a plaidé le maire.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page