Journée internationale de lutte contre la fistule obstétricale : L’UNFPA aux côtés de femmes victimes à Ouagadougou

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de lutte contre la fistule obstétricale ce 23 mai au Burkina Faso, le Fonds des nations unies pour la population (UNFPA) a rendu une visite de terrain aux femmes victimes de fistule obstétricale, au centre médical, Schiphra, à Ouagadougou. Une visite par laquelle l’institution a apporté son soutien moral à l’épanouissement des femmes victimes, souvent « marginalisées ».

La suite après cette publicité

La représentation au Burkina Faso du Fonds des nations unies pour la population (UNFPA), en partenariat avec le ministère de la santé du Burkina Faso, a organisé une visite de terrain aux femmes victimes de fistule obstétricale, ce vendredi 23 mai 2014, au centre médical avec antenne chirurgicale, Schiphra à Ouagadougou.

Lors de cette visite, il a été question d’abord de communiquer autour de la maladie, ensuite passer en revue quelques cas de victimes et enfin faire des dons symboliques aux différentes victimes.

Docteur Zhala Assoumana
Docteur Zhala Assoumana

Selon les explications du Docteur Zhala Assoumana, chirurgienne spécialiste au Schiphra, une vingtaine de cas ont été enregistrés en 2012, 167 cas en 2013 et environ 121 cas en 2014. Elle a aussi indiqué que des études préventives sont menées pour le traitement de la fistule.

« Cependant, plusieurs femmes ne connaissent pas la maladie. Elles vivent les effets de la maladie et sont souvent même marginalisées au sein de la société. Et pour cela des campagnes de sensibilisation sont élaborées afin de communiquer autour de la question », a-t-elle expliqué. La fistule obstétricale est une lésion liée à l’accouchement provoquant des maladresses urinaires, génitales ou digestives, « Ce qui est à la cause des pertes incontrôlées des urines et/ou des selles », a-t-elle poursuivi.

La représentante assistante de l’UNFPA, Olga SANKARA
La représentante assistante de l’UNFPA, Olga SANKARA

Après les échanges, les visiteurs ont fait un tour dans plusieurs chambres et remis des présents, notamment des savons pour symboliser leur compassion à l’endroit des femmes atteintes. Pour la représentante assistante de l’UNFPA, Olga SANKARA « donner la possibilité à ces femmes de guérir, c’est restituer les droits de ses femmes à une santé sexuelle et reproductive ». Elle est réjouie de la qualité du traitement, à Schiphra, des femmes atteintes de la fistule obstétricale.

La Directrice de Schiphra, Marie Claire TRAORE, quant à elle, a remercié vivement les visiteurs de leur geste. Elle a par ailleurs rappelé que la fistule obstétricale n’est pas une maladie honteuse.

L’UNFPA mène une campagne, dans plus de 50 pays, afin d’éliminer les fistules obstétricales.

Noufou KINDO

Burkina 24

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page