Semaine culturelle ivoirienne : la Côte d’Ivoire se déporte au Burkina

Les journées culturelles de la Cote d’ivoire au Burkina ont été officiellement lancées ce 27 juillet à Ouagadougou, en présence des ministres burkinabé et ivoirien de la culture. Jusqu’au 29 juillet, une rue marchande et des concerts sont prévus dans l’enceinte de la Maison du Peuple.

La suite après cette publicité

Pendant une semaine, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso se retrouvent à Ouagadougou pour fraterniser et parler du Traité signé entre les deux pays.

Au programme, une Semaine culturelle ivoirienne jusqu’au 29 juillet à la Maison du Peuple, et le 3e Sommet du Traité d’Accord et de Coopération les 30 et 31 juillet où les autorités des deux pays se rencontreront.

Prévue pour démarrer le 26 juillet, la semaine a été ouverte officiellement ce 27 juillet, en respect du deuil national décrété par le Président du Faso après le crash du vol AH5017. Les ministres ivoirien et burkinabè de la Culture, co-parrains de la manifestation, ont exhorté leurs concitoyens à entre dans la dynamique de fraternité et de partage pour rapprocher d’avantage la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Pour Maurice Kouakou Bandaman, Ministre de la Culture et de la Francophonie de Côte d’ivoire : « Nos chefs d’Etat ont signé un traité d’amitié et de coopération et nous sommes chargés, Baba Hama et moi, d’en mettre en œuvre le volet culturel. Nous sommes heureux de l’appui que nous apporte mon homologue ainsi que le Ministre de la Coopération régionale, et notre ambassadeur ici. »

Quant à Baba Hama, Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso : « Nous avons déroulé la natte pour nos frères. Nous pensons que la culture est un ciment très fort, c’est ce que nos peuples ont toujours partagé, et l’organisation de cette semaine participe à mettre en œuvre d’une part le protocole et surtout de permettre à nos deux peuples de fraterniser d’avantage. »

Baba Hama (d.) et Maurice Kouakou Bandaman ( © Burkina 24)
Baba Hama (g.) et Maurice Kouakou Bandaman (© Burkina 24)

Les autorités présentes à la cérémonie d’ouverture ont pu visiter les différents stands disposés à la Maison de Peuple, où sont exposées des œuvres d’art aussi bien burkinabé qu’ivoiriennes, représentant la mode, l’audiovisuel, la littérature, la gastronomie et les arts plastiques.

Pour ce qui est de l’humour et de la musique qui ne sont pas en reste, des artistes des deux pays pourront faire l’étalage de leurs talents sur le podium qui a été dressé pour les soirées.

Parmi les invités d’honneur de cette manifestation culturelle, un chanteur est particulièrement à remarquer. Il s’agit du Gaou Magicien Asalfo, qui se dit être « un symbole vivant : le Burkina est mon pays d’origine, le pays de mes parents, et la Côte d’ivoire c’est mon pays de naissance, mon pays d’adoption. Je crois que nous devons d’avantage renforcer les liens de fraternité car nos deux pays font un. »

Stella Nana
Burkina24
publicite


publicite

Articles similaires

8 commentaires

  1. Si c est vrai que ces deux pays font un il faut enveler les barrieres , allez y voir a yendere comment les gens sont rachet? et a laleraba , les politiques parlent et le peuple soufle.un v?hicule burkinabe paye vingt milles francs pour rentrer en cote d ivoire vous dis quoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page