Noël : Les plus démunis n’ont pas été oubliés à l’Eglise du pasteur Karambiri

Le Centre international d’évangélisation fête noël avec les personnes démunies. Dénommé journée de partage, la cérémonie a rassemblé plus d’une centaine de personnes, Vieux, femmes, enfants, ce mercredi 24 décembre au quartier Dassasgho, à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Des vivres, des nattes, des effets d’habillements ont été remis à plus d’une centaine de personnes démunies, veuves, orphelins, et enfants de la rue sans distinction de confession religieuse pour témoigner de l’amour de l’un vers l’autre à l’occasion de Noël.

«Noël, c’est la manifestation de l’amour, un amour qui doit  aller vers l’autre, qui doit aller à la rencontre de toutes les composantes de la société, un amour qui doit se manifester de façon pratique à toute personne quelle que soit sa condition et sa religion», dit pasteur Hortense Karambiri, organisatrice de la journée.

Le centre sous le leadership du docteur Mamadou Karambiri a choisi de célébrer cette fête de la nativité « à la manière des disciples dans les actes des apôtres».

Les malades et les prisonniers n’ont pas été oubliés, ils ont été visités depuis vendredi dernier et des prières ont été dites.

La ministre de l’action sociale et de la solidarité, Zan Yélémou, présente à la cérémonie a formulé des remerciements à l’endroit des organisateurs pour leur action qui rentre en ligne de compte dans sa mission et les engagements du gouvernement d’aider les personnes démunies.

En rappel, ces journées partages sont organisées depuis 2008 et les premiers enfants de rue et anciens prisonniers qui y avaient pris part, «ont demandé à ce qu’on ne les abandonne pas. Ils ont été pris en charge et ont subi des formations dans les centres de formations de l’Etat et on les a établi avec l’aide de l’UNICEF. Aujourd’hui plusieurs sont des maçons, menuisiers. Ce sont eux qui ont construits les bâtiments de Impact TV. C’était des enfants de la rue, des anciens prisonniers. On a vu qu’en eux, il y a un potentiel qu’il faut développer», a expliqué le pasteur Karambiri.

Des chants et louanges, des témoignages des bienfaits du Seigneur à travers le couple de pasteur n’ont pas manqué à cette occasion. Et pour finir un repas communautaire a été partagé avec toutes les personnes présentes.

Reveline SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page