Ebola mine le secteur minier

Une congrégation d’acteurs du secteur des mines sont rassemblés au Cap, en Afrique du Sud, cette semaine pour discuter des enjeux de l’industrie minière du continent, rapporte la Bbc.

La suite après cette publicité

Des entrepreneurs, des ministres ou encore des investisseurs se sont réunis au Cap en Afrique du Sud pour aborder la question relative à l’impact du virus Ebola sur les compagnies minières en Afrique de l’Ouest, surtout que la Sierra Leone, la Guinée et le Liberia qui sont les pays les plus touchés par l’épidémie, regorgent de métaux en leur sous-sol.

Gisement de Simandou

Lorsque l’épidémie s’est déclarée en décembre 2013, la Guinée comptait de grands projets en développement pour l’extraction du minerai de fer à grande échelle et la transformation de la bauxite en aluminium. Ces projets devaient bouleverser de façon positive le secteur minier guinéen, estime la Bbc.

Certaines entreprises sierra léonaises, plus petites, n’ont tout simplement pas survécu à cette crise. Conséquence, London Mining, la société qui exploite le métal en Sierra Leone, a été mise sous tutelle administrative.

Crainte de la maladie

La solution de la fermeture est devenue l’unique alternative pour de nombreuses entreprises de cette sous-région africaine, d’autant plus qu’aucune mesure de prévention n’avait été mise en place.

Alors que le nombre de personnes touchées par le virus semble aujourd’hui se stabiliser, l’épidémie n’a pas encore totalement été éradiquée. La vitesse de propagation de la maladie est telle que le moindre relâchement pourrait relancer l’épidémie.

Il faudra encore patienter sur une période de 42 jours pour déclarer officiellement terminée l’épidémie. Il faudra, par conséquent, rester prudent.

Selon la Bbc, le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby a annoncé mardi que les Etats-Unis avaient commencé à retirer leurs soldats engagés dans la lutte contre l’épidémie en Afrique de l’Ouest, estimant que d’ici fin avril « presque tous les soldats américains déployés sur place auront réintégré leurs bases du fait du succès de leur mission ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page