Situation à l’UFR/SEG de l’Université de Koudougou : L’ANEB dénonce

Le bureau de la corporation ANEB de l’UFR/SEG de l’Université de Koutougou dans une déclaration faite le 02 juillet dernier et dont Burkina24.com a reçu copie, s’est prononcé sur la situation qui prévaut au sein de cette UFR. L’association estudiantine dénonce « le cafouillage gestionnaire ajouté à l’application zélée et sans mesures d’accompagnement du système LMD à l’UFR/SEG ».

La suite après cette publicité

L’ANEB estime que cette crise, qu’elle juge « structurelle » serait semblable à « une descente aux enfers qui n’épargne aucun segment de la vie des étudiants de l’UFR » ; à commencer par  le manque d’infrastructures au point où « les étudiants de l’UFR/SEG prennent cours manquent d’équipements adéquats quand ils ne sont pas dépassés en ce qui concerne le nombre de places disponibles. »

Au plan académique et pédagogique, l’ANEB constate  que le système LMD, dans ses conditions actuelles d’application « rend extensibles les semestres et les années académiques », avec de nombreuses conséquences dont « des retards incalculables faits d’années académiques », dû notamment au manque d’enseignants et d’infrastructures. Parlant du contenu de la bibliothèque,  la corporation  ANEB de l’UFR/SEG, estime que les documents qui y sont disponibles « relèvent du Moyen âge. »

Pour toutes ces raisons, la corporation ANEB de l’UFR/SEG a tenu une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) le samedi 23 mai 2015 en vue d’adopter « une plate-forme minimale d’action (PMA) synthétisant les préoccupations les plus brûlantes des étudiants » pour l’amélioration des conditions de travail de ses étudiants.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page