30 jeunes s’engagent à mieux analyser les programmes politiques

Le clap de fin de la 3e édition de l’Université des jeunes leaders a été donné le samedi 08 août  2015 dans la ville de Koudougou. La ferveur montante des prochaines échéances électorales au Burkina Faso a donné plus d’enjeux au conclave studieux initié par le Mouvement burkinabè pour le développement et le civisme (MBDC). Les participants ont décidé de passer à la loupe les différents programmes politiques afin de faire des choix judicieux.

La suite après cette publicité

Cet engagement voudrait dire que les jeunes ont décidé de ne plus confier leur destin à des aventuriers. En acceptant de rentrer en « hibernation » pendant 5 jours dans la Cité du cavalier rouge, ils avaient conscience de la nécessité de rester concentrés durant cette « retraite citoyenne » organisée autour du thème : « Participation politique des jeunes : mode d’opérationnalisation pour une démocratie consolidée ».

Le moins que l’on puisse dire c’est que les travaux leur ont été fort bien utiles. C’est pourquoi, lors de la cérémonie de clôture, ils ont pris deux résolutions majeures : aider  les autres jeunes à pouvoir analyser les programmes des partis politiques afin de faire un choix judicieux et à mettre en place des comités d’observation pour les échéances électorales à venir.

Ces décisions sont les effets perceptibles des enseignements reçus de la part de ceux qu’ils considèrent comme des baobabs. Il s’agit notamment de Me Halidou OUEDRAOGO, du Pr Luc Marius IBRIGA, du diplomate Ismail DIALLO, de même que l’invité Hervé OUATTARA, membre du Conseil national de la transition.

Comme l’a souligné le secrétaire général de la région du centre ouest, patron de la cérémonie de clôture, Sibiri OUEDRAOGO, grâce à de telles initiatives, il est illusoire de croire que l’on « peut réussir le combat du développement sans la jeunesse, et chaque responsable doit l’intégrer dans ses actions ».

C’est la même observation qui a été faite par le partenaire de cette activité. Le directeur pays de l’ONG Diakonia, Luther YAMEOGO a noté comme fait marquant le fait que les jeunes se « soient engagés à dire que plus jamais les choses ne seront comme avant.  Désormais, ils ne demanderont pas à l’Etat ce qu’il va faire pour eux, mais ils s’engagent à être les acteurs de leur propre devenir ».

L’une des recommandations formulées insiste d’ailleurs sur le fait que le gouvernement devrait désormais œuvrer à une plus grande implication des jeunes dans les instances gouvernantes du pays.

Les élections à venir au Burkina Faso pourraient donc être marquées par une plus forte participation de la frange jeune de la population. Ceux de la 3e Université des jeunes leaders à Koudougou sont rentrés chez eux avec la conviction d’avoir entre leurs mains les outils d’aide à la décision, notamment les ingrédients pour porter un regard critique sur les programmes des partis politiques.

A la fin des travaux, le président du MBDC, Fousséni OUEDRAOGO, le président du MBDC avait de quoi être satisfait, au regard de l’engouement des participants et de la forte participation des autorités locales du centre ouest. Cette étape de Koudougou survient après celle de Banfora en 2013 et celle de Dori en 2014.

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page