Côte d’Ivoire : Tata Steel se retire

Le groupe indien a décidé de céder ses parts dans Tata Steel Côte d’Ivoire.  Les raisons : Ses ambitions sur les gisements de fer des monts Gao et Tia étant désormais contrariées, a rapporté ‘’Jeune Afrique’’.

La suite après cette publicité

La faible fourniture d’électricité, la réalisation du projet de chemin de fer devant relier la zone de production au port de San Pedro, qui tarde à se concrétiser et enfin  les cours mondiaux du fer, en pleine tendance baissière, ont fini par décourager l’indien.

Le directeur général de sa filiale ivoirienne Mukesh Ranjan, a, selon « Jeune Afrique »,  quitté la Côte d’Ivoire après avoir réduit la voilure dans l’Ouest en démontant les trois camps miniers et en donnant leur congé à environ 200 personnes, réduisant à deux salariés, l’équipe managériale qui traitent les affaires courantes à Abidjan, la capitale ivoirienne.

Par ailleurs, Tata Steel a entrepris des négociations avec son partenaire, la Société pour le développement minier de la Côte d’Ivoire (Sodemi) pour céder sa part de 75 % dans la coentreprise Tata Steel Côte d’Ivoire.

Le géant indien avait déjà investi plus de 25 millions de dollars dans les travaux d’exploration et de sondage, sur un total de 2 milliards de dollars initialement prévus pour ce mégaprojet.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU Burkina24

Source : Jeuneafrique.com

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page