Incendies « à répétition »: Simon Compaoré livre des éléments de réponse

C’est assisté des premiers responsables de la police scientifique, que le ministre de la sécurité intérieure Simon Compaoré a rencontré dans  l’après-midi du mardi 1er mars 2016 les journalistes pour leur donner des éléments de réponse sur les incendies « à répétition » des marchés, boutiques et yaars dans la ville de Ouagadougou.  

La suite après cette publicité

« Je suis venu avec les techniciens pour vous dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité », a tout de suite déclaré le ministre de la sécurité intérieure Simon Compaoré. Il a déclaré  s’être rendu sur les lieux des derniers incendies en date.

Vingt et trois (23), c’est le nombre d’incendies qu’il y a eu depuis le mois de janvier jusqu’à celui qui s’est déclaré dans un restaurant en face de Azalai Hôtel Indépendance le dimanche 28 février 2016. C’est le bilan dressé par Missa Millogo, Commissaire de police, directeur de la police scientifique et technique.

11 cas d’incendie sont liés à un dysfonctionnement, 11 autres à des interventions humaines et un  cas dont l’origine n’a pas pu être détectée. « C’est une scène qui a été polluée », a dit le directeur de la division scientifique, qui invite les populations à veiller à la préservation des lieux en cas d’infraction. Les enquêtes continuent pour déterminer si les cas d’interventions humaines sont criminelles ou pas.

Dernier incendie en date

En face de Azalai hôtel Indépendance, un restaurant a pris feu dans la soirée du dimanche 28 février.  « Après investigation, on peut parler du dysfonctionnement électrique partant d’un réfrigérateur. Et comme il y avait une boutique de vente de Faso Danfani, avec l’effet de la chaleur, cela a pris feu, embrasant ainsi la toiture. C’est un incendie plus ou moins involontaire  », a indiqué le commissaire Millogo.

Incendie au 14 Yaar

Dans le cas du marché « 14 Yaar », «  l’électricité venait d’un certain nombre de mètres, environ 100 mètres », a déclaré le Commissaire Ouattara. Il écarte la thèse criminelle au regard de la présence d’une équipe de patrouilles de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS)  sur les lieux. « On n’a pas non plus trouvé des indices qui puissent nous amener à penser à un incendie intentionnel », a ajouté le commissaire Ouattara.

Tout comme l’incendie du restaurant en face de l’hôtel, l’enquête menée par l’équipe de la police scientifique dirigée par le commissaire de police Seydou Ouattara, chef de la division identité, a abouti à la thèse du dysfonctionnement.

Changement d’attitude requis

Le ministre entend rencontrer toutes les personnes victimes d’incendies. Objectif, faire comprendre à tous de changer de manière de faire en faisant beaucoup attention aux installations. « Il y a des gens qui sont devenus des experts en électricité. Au lieu de prendre des techniciens, eux-mêmes, ils font le travail avec tous les risques que cela comporte », note Simon Compaoré.

Le ministre a terminé en interpellant les populations du Burkina et singulièrement de Ouagadougou de faire beaucoup attention lorsqu’il s’agit d’électrification et de s’attacher les services d’un professionnel « confirmé » pour éviter à tous un certain nombre de déconvenues.

Oui Koueta

Burkina24

publicite


publicite

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page