Contre la déperdition scolaire : ICCV/Nazemsé et Asmae s’arment

966 0

L’association Initiative communautaire changer la vie/Nazemse et l’ONG Asmae Burkina Faso ont, dans le cadre de la lutte la déperdition scolaire, procédé au lancement de leur projet « Lutte contre la déperdition scolaire au Burkina Faso grâce à l’évolution des pratiques pédagogiques vers une approche participative et ludique». C’était ce 21 avril 2016 à Ouagadougou.

Au Burkina Faso, les enfants les plus vulnérables peuvent entrer en situation d’échec scolaire ou sont déscolarisés. Face à cela, L’association Initiative communautaire changer la vie/Nazemse et l’ONG Asmae Burkina Faso souhaitent « créer un environnement scolaire et extra-scolaire propice à des apprentissages de qualité au moyen pédagogique participatives, ludiques et inclusives ».

C’est dans ce contexte que le Projet de lutte contre la déperdition scolaire est né pour une durer 3 ans (Août 2015 à juillet 2018). A terme, il permettra de former 78 professionnels de l’éducation,  4 000 enfants et de toucher près de 7 000 personnes de la communauté éducative dans la zone d’expérimentation sise à Ouagadougou. Aussi, 6 écoles fondamentales et 6 préscolaires sont partenaires à ce projet.

La visée du projet est d’appuyer des enseignants avec un ensemble d’outils et de méthodes éducatifs holistiques et innovants basés sur la formation continue et ponctuelle des équipes pédagogiques ciblées. Ces formations se basent sur des expériences réussies par Asmae et ses partenaires à travers le monde. Ainsi, il s’agira d’expérimenter un imagier au niveau préscolaire et CP pour stimuler les compétences langagières des enfants et donner le gout de la lecture aux élèves des classes de CE1 au CM2 à travers les classes de lecture.

Pour le Coordonnateur de ICCV/Nazemse, Simon Nacoulma, « ce sont des séances d’animation favorisant l’apprentissage de la lecture et stimulant chez les enfants l’envie et le goût  de la lecture tout en rapprochant  cet apprentissage de la vie et de la culture de l’enfant ». Le Directeur général du livre et de la lecture publique, Yves Dakouo, venu soutenir l’initiative, note que cette initiative répond à une préoccupation qui est de savoir « comment faire pour que les élèves accompagnent ou consolident les acquis de l’éducation par les livres et par la lecture ».  

« Ils sont en train d’ouvrir une bibliothèque, poursuit-il, et il y’a des normes qu’il faut respecter. Je pense qu’on les accompagnera sur ce terrain (…) Nous sommes déjà en partenariat avec l’association des amis du livre, une ONG burkinabè financée par des américains. Aussi, nous verrons comment consolider nos relations avec l’ICCV/Nazemse », a indiqué le Directeur général du livre et de la lecture publique.

 Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre