Monde numérique : « Pokemon Go », un jeu mobile devenu phénomène de société

Depuis quelques jours, un raz de marée s’est abattu sur la Toile et notamment dans les rues des villes françaises, nord-américaines, australiennes, néo-zélandaises : « Pokémon Go ». L’application ludique, permettant de chasser des créatures virtuelles cachées dans le monde réel, aurait dépassé la fréquentation des réseaux sociaux. Niantic et Nintendo, les concepteurs du jeu, ont réussi un joli coup avec cette application qui a gagné le cœur de toute une génération. Le jeu est considéré comme une vraie réussite à tel point que certains le qualifient de « phénomène de société ». Plusieurs pays développés en sont encore privés. Le jeu n’est pas disponible non plus en Afrique pour le moment.

La suite après cette publicité

Pokémon GO, disponible notamment au Japon, aux Etats-Unis, en Australie, est un jeu de réalité augmentée. Il permet à ses utilisateurs de capturer des monstres en se déplaçant dans des lieux (dans la rue, près d’un monument, dans un parc, etc.) à la manière d’un véritable dresseur. Il suffit de pointer l’appareil photo sur un Pokémon pour l’attraper d’un geste du doigt. L’on peut aussi affronter d’autres joueurs dans des arènes virtuelles, qui correspondent à des lieux réels.

Mais depuis l’apparition du jeu, certains utilisateurs sont accusés de ne plus faire le distinguo entre réalité et virtuel. Ainsi, particulièrement en France où le jeu est accessible « frauduleusement », selon plusieurs médias, une jeune femme aurait provoqué un accident sur l’autoroute parce qu’elle jouait à Pokemon Go au volant. Un autre joueur aurait quant à lui percuté un mur. La gendarmerie française et d’autres institutions ont même dû communiquer publiquement pour rappeler des règles de base afin d’éviter d’éventuels dangers.

Qu’est-ce que « Pokémon Go » ?

Un jeu vidéo pour smartphones utilisant la géolocalisation et la réalité augmentée. Concrètement, l’écran du téléphone affiche une carte des rues et des alentours, enrichie de petites bestioles virtuelles à capturer, les fameux Pokémon.

Comment ça marche ?

Le joueur incarne un dresseur dont il aura choisi le genre et le look et se déplace en marchant réellement, dans un décor retranscrit sous forme de plan interactif sur l’écran de son téléphone. Il gagne des niveaux en capturant des Pokémon, cachés dans des lieux réels, en leur envoyant, avec l’écran tactile, une « pokeball », une boule magique faisant office de filet de pêche à monstres de poche.

A partir du niveau 5, il devient possible de partager son aventure : les créatures sont disposées au même endroit pour tout le monde, invitant les différents joueurs à explorer les mêmes lieux, se parler, collaborer.

Qui est derrière ce jeu ?

Pokemon Go - XVM30222538-5176-11e6-82a0-cd901df72d4d-300x400

Le jeu est le fruit d’une coopération entre la Pokémon Company, qui détient et gère les droits d’utilisation des célèbres créatures de poche, et Niantic, une start-up créée en 2010, au sein de Google.

Depuis l’été 2015 et la réorganisation de Google en une société mère, Alphabet, Niantic a acquis son indépendance, et Nintendo est entré à son capital. Spécialisée dans les utilisations ludiques originales de la cartographie en temps réel, elle a notamment donné vie à « Ingress », un jeu entièrement intégré dans le monde réel, très populaire et dont Pokémon Go reprend un peu la technologie.

Dans les pays où il est disponible, Pokémon Go s’est très rapidement hissé parmi les applications les plus populaires. Selon le cabinet « SensorTower », il a déjà été installé plus de 40 millions de fois et génère plusieurs millions de dollars de recettes par jour sur iOS. S’en est suivie une longue liste de situations cocasses, comme des regroupements spontanés dans des lieux publics.

Lancée il y a environ seulement un mois, il est possible de recourir à des astuces pour obtenir l’application notamment en France, en passant par des sites tiers pour contourner le magasin d’application par défaut.

Toutefois, une entreprise spécialisée en cybersécurité a découvert qu’une application pour Android prétendant être Pokémon Go contenait en fait un virus permettant de prendre le contrôle total de l’appareil de l’utilisateur. Mieux vaut donc attendre une sortie officielle du jeu à travers le monde.

Noufou KINDO

Burkina 24

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page