Ghana: Qui est Nana Akufo-Addo, le nouveau président ghanéen ?

C’est finalement après la troisième tentative que l’opposant ghanéen Nana Akufo-Addo, 72 ans, a remporté la présidentielle au Ghana contre le président sortant John Dramani Mahama. Portrait.

La suite après cette publicité

Nana Akuyo-Addo est né à Kyebi, dans l’est du Ghana, et a grandi dans une famille de l’élite politique ghanéenne. Son père, Edward Akufo-Addo, a été lui-même président à la fin des années 1960, et fait partie des « Big Six » (les Grands Six), tels que l’on désigne les pères de l’indépendance et de la nation ghanéenne, l’ex-Côte de l’Or, colonie britannique.

Il est avocat spécialisé dans les droits de l’Homme et a fait ses armes en France et en Angleterre avant de revenir s’installer dans son pays natal. C’est à partir de 1992, marquant le retour de la démocratie après des décennies de régimes militaires, que Akufo-Addo s’est engagé auprès du Nouveau Parti patriotique (New Patriotic Party, NPP).

En 2008 et en 2012, il avait perdu de justesse l’élection présidentielle. En 2012 particulièrement, il avait fait recours à la Cour Suprême du Ghana, qui a finalement validé la victoire de son adversaire historique et président en exercice, John Dramani Mahama. Il tiendra donc sa revanche le mercredi 07 décembre dernier.

Avec un accent britannique particulièrement soigné, qu’il a entretenu lors de ses études en Angleterre, le nouveau président du Ghana déclarait une semaine avant le scrutin à Accra, la capitale ghanéenne que « la stabilité et le progrès du Ghana, ainsi que la sauvegarde de la démocratie» seraient sa priorité.

Nana Akufo-Addo a promis se concentrer sur le chômage des jeunes en diversifiant une économie dépendante des ressources premières (or, cacao et, plus récemment, pétrole), tout en allégeant les taxes dans le secteur privé pour encourager les investissements.

« Un quartier, une entreprise », a été un slogan très entendu au cours de ses différents déplacements.

Le nouveau président du Ghana a promis d’agir rapidement, notamment pour stopper « le robinet des prêts » conclus avec les bailleurs internationaux, qui ont selon lui, « mis notre futur sous hypothèque ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24 

Source: Jeune Afrique

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page