Autonomisation des femmes : Hunger Project Burkina et la FAO investissent

Arriver à varier les sources de revenus pour subvenir aux besoins familiaux, c’est de là qu’est partie la décision conjointe de Hunger Project Burkina et de la FAO d’octroyer un noyau de 3 ovins (2 femelles et 1 mâle) à 50 femmes de l’épicentre de Vowogdo dans la commune de Koupéla. L’heure est au bilan et il est plutôt positif.

La suite après cette publicité

Le choix de la province du Kouritenga se résume selon Judicaël Bambara, chargé de programme alimentaire à Hunger Project Burkina, à la dégradation des moyens de subsistance de la population suite à une crise alimentaire vécue par la communauté. Face  à cette situation, The Hunger Project Burkina et la FAO (Fonds des Nations unies pour l’alimentation, la faim et l’agriculture) ont décidé de cofinancer le Projet d’appui à la production animale dans la commune de Koupéla (PAPA/K) pour « aider la communauté à diversifier leur source de revenus».

Neuf mois après (avril 2016- janvier 2017), constate, le chargé de programme, le cheptel est passé de 3 têtes à 5 avec des femelles en gestation.  De quoi enthousiasmer Judicaël Bambara. « Ce qui veut dire que bientôt, il y aura une évolution. On imagine qu’au bout de 5 ans, on aura au moins 10 moutons et qu’à long terme, on aura un troupeau si les femmes arrivent à maintenir l’unité de production », prospecte-t-il.

Les bénéficiaires ont indiqué au cours de la séance d’évaluation avoir vendu le mâle qu’ils ont engraissé et acheté par la même occasion 2 femelles et un jeune mâle et utilisé la somme restante pour les besoins du ménage. Un aspect qu’a tenu à relever le président de l’association dont elles sont membres. « La FAO a bien pensé aux femmes parce que sincèrement ce sont les femmes qui aident les hommes à s’en sortir dans nos difficultés », a admis Belemkoabga Désiré.

Ce n’est pas la directrice provinciale de la femme, de la solidarité et de la famille qui s’en plaindra. La vision du ministère, a résumé Geramine Kuilga, est de « travailler à amener les femmes à être économiquement autonomes». C’est alors qu’elle a insisté auprès des bénéficiaires pour qu’elles veillent sur le noyau pour assurer la reproduction dans l’espoir que d’ici 5 ans, le besoin se résume à la construction d’une bergerie pour contenir le cheptel.    

Dambré Simplice, le maire de la commune de Koupéla, a pris part à la restitution du projet. Résumant lui aussi la politique nationale actuelle qui est d’appuyer les femmes afin qu’elles soient autonomes, il a conclu : « A écouter dans les discussions pour le bilan, les bénéficiaires n’ont fait que remercier Hunger Project et la FAO. C’est signe que ça a été une très grande réussite ».

En attendant de voir les enclos pousser à Liguid-Malguem, village où se trouve l’épicentre, le maire a émis le vœu que d’autres femmes puissent bénéficier d’un appui similaire. Avant la concertation Hunger Project Burkina et FAO, le chargé de programme Judicaël Bambara a promis de transmettre les doléances, car dit-il, « le projet prend fin, mais le partenariat ne prend pas fin ».

Oui Koueta

Burkina24

publicite


publicite

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page