CSPS de Dara : Une sage-femme agressée

L’agression des agents de santé dans les formations sanitaires au Burkina semble être un effet de mode. Après le cas du CHU Yalgado Ouédraogo, c’est une sage-femme de Dara qui a subi la colère d’un usager du CSPS dudit village.

La suite après cette publicité

Le médecin-chef du district sanitaire de Nouna a ordonné la fermeture du CSPS de Dara le lundi 20 février 2017. Une décision qui fait suite à l’agression d’une sage-femme de cette formation sanitaire par un accompagnant d’un malade. Etienne Ouédraogo, chargée à l’information du SYNSHA/Kossi, relate la situation.

« Au CSPS de Dara, une de nos collègues notamment une sage-femme a été agressée par un homme du village dont le père était souffrant.  C’est un malade qui nous avait été transféré depuis l’hôpital de Bobo parce qu’on a suspecté chez lui une tuberculose et que le suivi doit se faire à notre niveau ( NDLR : CMA de Nouna).

Il est fait de sorte que les produits soient accessibles au niveau du CSPS et que le patient passe les prendre. C’est dans cette optique que la semaine dernière, le fils du patient est passé voir le major du CSPS pour lui faire savoir que l’état de son père se dégradait et que s’il y a possibilité d’avoir la fiche de traitement pour l’emmener à Nouna alors que cette fiche doit rester au CSPS.

C’est ainsi que le major lui a fait savoir qu’avec la fiche verte que le malade détient déjà, il pouvait l’emmener. Ce qui n’a pas été fait. Le dimanche 19 février au matin, il est de nouveau revenu au CSPS.

En l’absence du major, le fils du patient a encore demandé la fiche de traitement à la sage-femme qui était présente et cette dernière lui a fait comprendre qu’il n’était pas possible de lui en donner. C’est ainsi qu’au lieu d’emmener le malade à Nouna, il est rentré avec lui. Aux environs de 20h après le décès de son père, il est revenu tout furieux au CSPS et s’en est pris à la sage-femme qui, dans sa fuite,  a fait une chute.

Je précise que c’est une femme enceinte et presqu’à terme. Une autre infirmière qui était présente a également été agressée et n’eut été l’intervention des riverains, le pire se produirait. C’est pourquoi le premier responsable du district sanitaire a demandé aux agents soignants de quitter les lieux et  décidé de la fermeture du CSPS en attendant que le calme revienne.

 La police a également été saisie pour la procédure qui vaille. Au même moment, nous au niveau de la structure syndicale avons tenu à ce que tous nos militants rejoignent Nouna parce qu’on ne connait pas comment la situation peut évoluer ».

Propos recueillis par Merveille KAPIGDOU

Correspondant de Burkina24 à Nouna

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. ces vraiment deplorable que telles choses se produisent encore. vous ne parlez pas de l’etat du patient dans tout cela…. ??????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page