RDC : Le 3e mandat selon Kabila

« Je n’ai rien promis du tout » s’est défendu Joseph Kabila à propos de la tenue de la présidentielle dans son pays d’ici fin 2017, dans une interview accordée au magazine allemand Der Spiegel et relayée par Jeune Afrique.

La suite après cette publicité

Dans une interview accordée au magazine allement Der Spiegel, le président de la R.D.Congo a insisté sur le fait de n’avoir « rien promis du tout ! »  parlant des élections présidentielles dans son pays, avant d’ajouter souhaiter « organiser des élections aussi vite que possible »

« Nous voulons des élections parfaites, pas seulement des élections » a-t-il fait savoir, se rassurant de la bonne organisation de l’enregistrement des électeurs présentement en cours.

La probable réforme de la constitution qui lui permettrait de se présenter à un troisième mandat, a été au coeur des questions de notre confrère allemand. La réponse du chef de l’État congolais: « Je suis très clair là-dessus. Tout ce blabla sur un changement constitutionnel est un non-sens total ».

Le mandat constitutionnel du Président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, était censé prendre fin depuis fin 2016.

La voix référendaire pourrait être le moyen désigné par le pouvoir congolais pour une modification possible de la constitution. « Jusqu’ici nous n’avons pas entamé du tout le débat » , a-t-il affirmé.

Mais interrogé à plusieurs reprises pour savoir s’il écartait définitivement un troisième mandat, Joseph Kabila a répondu : « Cela dépend de ce qu’on entend vraiment par 3e mandat. Nous n’avons en tout cas pas l’intention de porter atteinte à la constitution. Et comment pourrais-je avoir un 3e mandat sans porter atteinte à la Constitution ? », conclut-il.

Un accord de partage du pouvoir pour gérer cette période de fin de mandat constitutionnelle de Joseph Kabila, signé sous l’égide de l’Église catholique et entre la classe politique du pays a prévu la nomination d’un Premier ministre issu des rangs de l’opposition et la tenue des élections présidentielles et législatives avant la fin de cette année 2017.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                     Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page