A Ben Aziz Ouattara du CPPU : La justice ne peut pas fonctionner selon vos intérêts

Ceci est une réponse d’une citoyenne adressée à Ben Azize Ouattara, coordonnateur du Collectif pour un peuple uni (CPPU), en rapport avec sa lettre ouverte adressée au Procureur du Faso et parue sur Burkina24.

Dans une lettre ouverte à Madame le Procureur près le tribunal de grande instance, Monsieur Ouattara Ben Aziz, coordonnateur du CPPU, dans le quotidien Le Pays du Lundi 10 Juillet 2017, s’étonne sinon même s’indigne de la libération de Moussa KOANDA et de deux autres personnes respectivement soupçonnées par la seule personne de Monsieur Inoussa KANAZOE PDG de CIMFASO, d’être le commanditaire et les exécutants d’une tentative d’assassinat sur sa personne.  Pire, il fait un parallèle entre cette affaire et celle de l’arrestation puis de l’incarcération d’Inoussa Kanazoé. Il se dit stupéfait de la rapidité avec laquelle ce dernier et certains de ses collaborateurs ont été arrêtés et mis sous mandat de dépôt le 19 Avril 2017. Il se dit également surpris de la rapidité avec laquelle Moussa KOANDA et ses prétendus complices ont été également libérés le 3 Juillet dernier.

La suite après cette publicité

 Les deux affaires que vous mettez en parallèle et qui semblent très liées n’ont cependant pas les mêmes caractéristiques. L’affaire qui met en cause Inoussa Kanazoé est sous-tendues par une expertise comptable (qui n’est pas un document banal) qui montre à bien d’égards comment l’Etat burkinabé et autres partenaires d’affaires de cet inculpé, ont été « roulés » ou abusés par ce dernier. D’où les chefs d’inculpation de fraude fiscale, de faux et usage de faux, faux en écriture, utilisation frauduleuse de numéros IFU, d’abus de confiance aggravé entre autres.  Nous vous renvoyons donc à cette expertise comptable et à l’exégèse qui en a été faite par un périodique de la place notamment « Le courrier Confidentiel » en deux parutions.

Quant à la deuxième affaire dans laquelle Moussa KOANDA, Abdoulaye COULIBALY et Abdoulaye TINDANO sont mis en cause, elle n’est basée que sur des soi-disant « aveux » des deux dernières personnes; Alors questions :

Qui a présenté ces « aveux » ? Comment ont-ils été obtenus ? Pourquoi ? Qu’ont révélé les auditions des accusés par Madame le Procureur le 3 Juillet dernier ? Que fait un Procureur d’un dossier qui est vide ?
En clair, quand il n’y a rien de probant sur quelqu’un dans une affaire, fut-elle une tentative d’assassinat, on libère tout simplement les mis en cause. Mais quand il y a matière à poursuivre quelque soit la banalité de l’infraction, la machine judiciaire la poursuit. C’est juste du bon sens et de l’équité en matière judiciaire.

Par ailleurs, vous attribuez à Maître Abdoulaye Ben MEITE, avocat de Moussa KOANDA des propos qu’il n’a pas tenus. En effet, vous soutenez qu’il a dit que « les accusés ont été libérés, faute d’éléments de preuves » alors qu’il a tout simplement affirmé qu’ils ont été libérés, « faute de charges ». Pour parler facile, cela veut dire que ce que vous appelez « preuves » ne sont pas probantes ou n’existent que dans la pensée du plaignant, mais ne peuvent suffire à constituer des charges au sens de la loi pénale, ou ont été obtenues de façon malhonnête.

Monsieur OUATTARA, permettez-moi enfin de vous rappeler que vous n’êtes pas à votre première sortie médiatique sur cette affaire, en témoignent des interviews​ données dans des médias et des conférences de presse au cours desquelles vous vous montrez un fervent partisan de Monsieur Inoussa KANAZOE. Votre leitmotiv est que vous exigez chaque fois en filigrane la libération de cet homme d’affaires. Sachez que si la suite du dossier le disculpe, il n’y a rien de plus normal que les charges qui pèsent contre lui soient abandonnées. Mais si cette suite du dossier prouve que ce qui lui est reproché est fondé, il boira le calice jusqu’à la lie, peu importe​ sa qualité de prospère homme d’affaire aussi vénéré par certaines personnes pour des prébendes. 

A ce jeu, vous croyez pouvoir exercer une pression intéressée et malsaine sur la justice Burkinabé. Nous vous conseillons de garder votre calme et de laisser la justice travailler sereinement. Il ne sert à rien de vouloir que le dossier aille à votre rythme et dans le sens de vos intérêts.

Zalisa S.Bangré

Citoyenne Burkinabé

Ouagadougou le 11 Juillet 2017

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Ce monde est rempli de defenseurs zélés. Je vous conseille ma soeur si vous l’êtes vraiment, de.chercher du boulot au lieu de défendre maladroitement kouanda.

  2. Une citoyenne mon oeil! Pourquoi dites vous que ouattara Azise veut influencer la justice? Il exprime son point de vue sur deux affaires avec.deux façons de les traiter. Vous qui semblez connaitre si bien l’affaire et l’on voit que vous defendez Kouanda, expliquez.nous pourquoi le procureur ne regarde pas.le.fruit du travail des gendarmes. Ce qui vous permet de jubiler que votre maître à penser est libre. Donc on.peut tenter d’assassiner un homme et on se tire d’affaires simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page