PNDES : Les acteurs de la défense et de la sécurité font la revue à mi-parcours

Dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du plan national de développement économique et social (PNDES), le Cadre sectoriel de dialogue défense-sécurité (CSD-DS) a organisé sa revue à mi-parcours 2017. C’était ce lundi 31 juillet 2017 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

La rencontre de ce jour s’inscrit dans le cadre du suivi l’opérationnalisation du Plan national de développement économique et social (PNDES). La présente revue offre l’opportunité de dresser un bilan à mi-parcours de janvier à juin 2017.

Le cadre sectoriel de dialogue (CSD) est un instrument qui a été créé pour suivre les actions qui sont prévues dans le cadre du PNDES au niveau du secteur concernant la défense et la sécurité qui regroupe 3 ministères. Il s’agit du ministère de la défense nationale et des anciens combattants, de la justice et de la sécurité.

Le ministre en charge de la sécurité, Simon Compaoré, a laissé entendre que « cette rencontre doit nous permettre de dégager les principaux acquis enregistrés et les difficultés rencontrées, de proposer les pistes de solutions devant permettre l’atteinte des objectifs annuels et de réaliser ainsi des avancées significatives dans notre secteur afin que la mise en œuvre du PNDES soit une réussite au bénéfice de la population burkinabè ».

Simon Compaoré, le ministre en charge de la sécurité

Au total, sur  17 produits, deux ont été entièrement réalisées et les autres sont en cours. Soit un taux de réalisation au 30 juin 2017  d’environ 27%. « Cela parait faible, mais après le mois de juin,  on peut se rendre compte sur pas mal d’actions que les lignes ont bougé. Notamment, les constructions et les points de réformes », a fait comprendre Simon Compaoré.  

Il a également expliqué que ce taux est dû à un certain nombre de situations, notamment la division de certains ministères et la loi d’assouplissement de la passation des marchés publics. Le chef du département de la sécurité a rassuré que « nous restons convaincus que ce taux s’améliorera d’ici la prochaine revue au regard de l’engagement des acteurs que nous sommes ».

Cette revue a mi-parcours du CSD-DS, a regroupé les représentants des ministères en charge de la sécurité, de la défense, de la justice, de l’administration territoriale, des partenaires techniques et financiers, des faîtières des collectivités, du secteur privé et de la société civile.

En rappel, le CSD est chargé de superviser la mise en œuvre des plans d’actions des référentiels sectoriels de planification, de coordonner le suivi et l’évaluation, d’apprécier la mise en œuvre de la politique sectorielle, de donner des directives aux acteurs ministériels et d’assurer le dialogue sur la politique sectorielle. A cet effet, les CSD doivent tenir chaque année une revue à mi-parcours et une revue annuelle.

Jules César KABORE

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page