Google compte améliorer ses relations avec la presse

Google veut proposer de nouveaux outils aux éditeurs de presse pour les aider à gagner des abonnés, notamment en limitant les contenus gratuits, un geste destiné à améliorer ses relations avec la presse.

La suite après cette publicité

« Je pense vraiment que Google et les éditeurs de presse ont un intérêt commun », a déclaré Philipp Schindler, un des dirigeants du groupe lors d’une conférence téléphonique rapportée par « LaPresse.ca ».

« Nous voulons aider les éditeurs à trouver de nouveaux lecteurs et à les transformer en clients qui payent », a poursuivi Philipp Schindler, insistant sur le fait que le « nouveau modèle » proposé est le fruit de longues discussions et de tests avec des organismes de presse notamment le New York Times, le Financial Times.

Il est ressorti que la presse traditionnelle fait face à des problèmes financiers, qu’elle impute en partie au fait que les articles sont trop souvent accessibles gratuitement sur internet, notamment via des moteurs de recherche ou sur les réseaux sociaux.

Elle perdrait aussi des revenus publicitaires, largement captés par internet, surtout par Google et Facebook. Pour tenter d’apaiser ces relations, Google va permettre bientôt aux groupes de presse de choisir le nombre d’articles en accès gratuit, un « échantillonnage flexible », qui remplacera le système actuel.

À long terme, le groupe californien envisage de faire profiter la presse de ses technologies d’apprentissage des machines, une des facettes de l’intelligence artificielle, pour l’aider à reconnaître les « abonnés potentiels et présenter la bonne offre au bon public au bon moment ».

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page