CEDEAO: Vers la création d’une monnaie unique

Au terme de la quatrième réunion du Groupe de Travail de haut niveau sur la monnaie unique de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui s’est tenue ce mardi 24 octobre 2017, à Niamey, en présence des Présidents du Niger, du Ghana, du Nigéria et du Togo, le Président ivoirien Alassane OUATTARA, a fait le bilan de cette rencontre à son retour à Abidjan, Côte d’Ivoire, ce même jour.

La suite après cette publicité

Selon le Chef de l’Etat de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouatta, les pays membres de la CEDEAO devraient mettre tout en oeuvre pour aboutir à une monnaie unique dès 2020. Indiquant que l’échéance de 2019 sera déterminante, au vu de la capacité de chaque pays à respecter une liste de critères essentiels, il a assuré que son pays, pour sa part, sera prête dès 2019. Pour y arriver, il s’agira notamment de mettre en oeuvre certaines politiques de convergences, des mesures structurelles et budgétaires ainsi que d’autres actions relatives à la maîtrise des taux d’inflation, des déficits budgétaires, du financement du déficit et de la dette extérieure.

Alassane OUATTARA estime que seule la volonté politique des pays membres est primordiale à la réussite de ce projet. Ces Etats africains devraient avoir la même vision et accepter la surveillance mutuelle et internationale de leurs économies, a-t-il préconisé.

Afin de réévaluer ce processus dans trois (3) mois, les Chefs d’Etat ont mis en place un Comité inter- ministériel.

Le pessimisme du président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza

le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, mardi au terme du sommet sur la monnaie unique à Niamey, n’est pas des plus optimistes sur la création de la monnaie unique dans la zone Cédéao. «De 2012 à 2016, aucun de nos pays n’a pu respecter de manière continue les critères de premier ordre du programme de convergence macro-économique », a-t-il relevé.

La feuille de route visant à aboutir au projet n’a pas été mise en œuvre vigoureusement, a justifié M. de Souza. Il a relevé que sur les quatre objectifs fixés, les résultats ne sont pas au rendez-vous. En plus, a ajouté Marcel de Souza, l’harmonisation des politiques monétaires entre les huit monnaies de la CEDEAO qui devait précéder la monnaie unique, n’est pas faite. Et l’Institut monétaire, prélude à une Banque centrale commune, n’a pas vu le jour.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                    Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page