Burkina : Pour l’égalité Femme-Homme dans les institutions sociales

858 0

Les femmes représentent environ 52% de la population du Burkina. Elles constituent 55% de la force de travail agricole. Mais, elles sont moins représentées dans les institutions sociales et n’occupent pas assez de postes de responsabilité autant que les hommes. Les résultats d’une étude recommandent fortement d’intégrer la lutte contre les institutions sociales discriminatoires dans les stratégies de développement. L’étude dénommée SIGI-Burkina Faso a été lancée ce jeudi 11 janvier 2018 à Ouagadougou.

Il n’est pas rare de constater que, dans une famille, pendant que le garçon étudie, la fille se voit attribuer des tâches ménagères. Les autorités et leurs partenaires au développement veulent renverser cette tendance afin que femme et homme soient traités sur un pied d’égalité.

Le Burkina Faso a bénéficié d’un appui technique et financier de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et de la Coopération autrichienne pour la réalisation d’une étude dans le domaine de l’égalité Femme-Homme dans les 13 régions du pays.

L’étude pays, réalisée de 2015 à 2017, se veut un indice de mesure au niveau de la discrimination basée sur le genre dans les institutions sociales. Le rapport de l’étude « Institutions sociales et égalité Femme-Homme » (SIGI) a été officiellement lancé ce jeudi 11 janvier 2018 sous la présidence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

« Cette étude, deuxième du genre après celle de l’Ouganda, promeut l’utilisation des données empiriques et vise à renforcer les capacités statistiques nationales. Le document est juste une photo de la réalité. Il faudrait un suivi de son impact dans l’élaboration des politiques visant à promouvoir l’égalité Femme-Homme au Burkina Faso », a soutenu Lorenzo Pavone, membre de l’équipe de recherche de l’OCDE. Une présentation du rapport vient développer ses dires.

Les résultats de l’enquête révèlent que les discriminations sont diversement réparties au Burkina. Les cas de discriminations basées sur le genre sont élevés notamment dans le Sahel, la Boucle du Mouhoun, le Centre-Nord, le Nord, le Sud-Ouest. Plusieurs actions portent atteinte à l’intégrité physique et morale de la femme au « pays des Hommes intègres ».

« Le rapport nous sera très utile »

Selon les données présentées, plus d’une femme sur trois a été victime de violences domestiques au cours de sa vie, contre un homme sur cinq. Plus de 44% des Burkinabè aimeraient ou aurait aimé que leur aîné soit un garçon, contre 17% pour qu’elle soit fille. 44% des femmes mariées l’ont été avant 18 ans, contre 4% des hommes. L’accès sécurisé à la terre reste un défi pour les femmes. L’accès à la justice semble plus compliqué pour les femmes que pour les hommes. C’est toujours l’étude SIGI qui le dit.

Mais SIGI ne fait pas qu’enquêter et révéler. Elle fait aussi des recommandations. Il est donc proposé d’intégrer la lutte contre les institutions sociales discriminatoires dans les stratégies de développement, de renforcer le cadre juridique et son application, d’intégrer les normes sociales discriminatoires dans l’élaboration des politiques visant à promouvoir l’égalité Femme-Homme et le droit des femmes, de favoriser l’accès à l’éducation, d’investir davantage dans la collecte et l’analyse des données.

Pour le Chef de Bureau de la Coopération autrichienne, Christian Geosits, le SIGI constitue une opportunité à saisir pour la mise en œuvre du PNDES dont le but est d’assurer un développement inclusif durable. Le Premier ministre a estimé que le rapport est « précieux » et fournit des informations très utiles sur la question du genre au Burkina Faso.

« Les résultats du rapport SIGI présentés aujourd’hui montrent que le Burkina Faso a un certain nombre de normes sociales, de pratiques sociales, de lois également (formelles ou informelles) qui restreignent les droits des femmes et leur accès aux opportunités économiques et sociales. Ce qui empêche les femmes de participer pleinement au développement de notre pays. Je pense que le rapport nous sera très utile », a affirmé Paul Kaba Thiéba.

Noufou KINDO

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre