« La gouvernance, ce n’est pas de la gentillesse »

3686 0

En attendant un remaniement ministériel au Burkina Faso, le  Balai citoyen s’est interrogé ce jeudi  18 janvier 2018 sur le bien-fondé d’un changement d’équipage tel dans « un jeu de chaises musicales ».

Ce que le mouvement citoyen demande « depuis longtemps » a déclaré son porte-parole Me Hervé Kam, c’est que « le président du Faso doit mettre au gouvernement des gens qui pensent d’abord au Burkina Faso avant de penser à eux-mêmes ».

De la lecture faite par le Balai citoyen, opter pour un tel choix après deux ans marqués par « des problèmes au niveau de l’équipe gouvernementale », permettrait « à la barque de ne pas chavirer malgré le trou qui est là ». Néanmoins, analyse Me Kam, « il ne s’agit pas non plus de faire un jeu de chaises musicales ».

Tel un monologue, le rappeur Smockey s’interroge lui sur la personnalité du président du Faso, dont « tout le monde dit qu’il est gentil. Roch est gentil». « La gentillesse, est-ce que c’est ce dont on a besoin pour ce Burkina Faso post-insurrectionnel ? Même si c’est une qualité ? », demande l’artiste avant de répondre.

« Ce n’est pas de ça dont on a besoin. On a besoin d’une vraie gouvernance », par la création du développement, par l’amélioration des conditions de vie des salariés, la construction d’infrastructures, de routes, par le jugement des dossiers pendants en justice. En l’absence de tout cela, « la gouvernance, ce n’est pas de la gentillesse », dira-t-il.

Pour Smockey, qui juge que « la gouvernance, ce n’est pas de la gentillesse », le fond du problème reste entier. De ce fait,  juge-t-il, le gouvernement doit se mettre au travail. Et pour cause ! « On est en train de parler du travail du gouvernement, mais pour l’instant, il est vrai qu’on ne le sent pas ».

Oui KOETA

Burkina24

There are 1 comments

  1. Soit Smoky ne dispose pas des critères adéquats pour juger du travail qui se fait, soit il en fait à sa tête! Quant à la chanson de Maître Hervé Kam, çà ne surprend personne! Car l’expérience nous apprend qu’en politique, ceux qui ont eu la main aux affaires ne serait-ce qu’un peu, lorsqu’ils n’y sont plus, ils rêvent chaque fois d’y retourner. Alors, ils se mettent à trouver des défauts à tous ceux qu’on nomme, parce que eux ils n’ont plus cette chance. Sinon si quelqu’un doit s’élever contre les corrompus aujourd’hui, çà ne doit pas être ceux qui ont par le passé été soupçonnés d’en être.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Koeta

Je pense que 'la vitalité d'un pays se mesure (en partie) à celle de ses journalistes'. Merci de participer à cela à travers vos retours de lectrices et lecteurs. I believe that 'the vitality of a country is meseared (in part) by that of its journalists'. Thank you for being part of the adventure by giving feedback.

Article du même genre