BBDA : Une cagnotte de 25 millions pour venir en aide à ses membres âgés

Le Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) dans le cadre de son action sociale envers ses membres rouvre son fonds d’aide aux membres âgés pour l’année 2018. L’information a été donnée à la presse ce lundi 29 janvier 2018 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

La session d’aide 2018 du BBDA entend venir en soutien à 100 personnes membres de la structure des droits d’auteur burkinabè.

Peuvent bénéficier du fonds AMA, tous les adhérents du BBDA qui ont 55 ans d’âge et plus avec 15 ans de participation au BBDA et dans une situation de précarité prouvée par un certificat d’indigence.

« Il y a aussi des gens qui ne peuvent pas fournir  un certificat  d’indigence parce qu’ils sont dans les confins du Burkina et qu’on sait  qu’ils sont dans une extrême pauvreté, qui sont grabataires, des personnes qui ont à un moment donné de leur vie fait honneur au pays et en son temps, il se trouvait qu’il n’y avait pas de support.  Il faut leur venir en aide », ajoute Gustave Sorgho, président du comité de lobbying du fonds.

Cependant, il précise que l’aide  n’est pas automatique à chaque session. « Ce n’est pas parce que j’ai eu l’an passé que forcement cette année je dois être sur la liste. Il faut recomposer le dossier ».


Constitution du dossier

Les artistes du 3e âge désirant bénéficier du fonds d’Aide aux membres âgés du BBDA doivent fournir les pièces suivantes :

  • Une demande adressée au Directeur général du BBDA indiquant les moyens de subsistance actuels du postulant
  • une photocopie de la carte de membre
  • une photocopie de la CNIB ou de tout document d’identité
  • un certificat d’indigence établi par les autorités compétentes
  • une liste des œuvres produites ou pour lesquelles ils ont contribué à la création et déclarées au BBDA.

Cette année, le montant à partager est de 25 millions de F CFA, soit 50 000 F CFA par personne et par trimestre, soit 5 millions de plus que la session de 2017,  distribué à 50 membres dont de 100 000 par personne.

« Au départ, on  a bien voulu accompagner 100 membres. Malheureusement, les dossiers qui ont été reçus en 2017 n’atteignaient pas le nombre. Mais comme chaque année, on met 20 millions de F CFA pour le fonds, les 50 personnes ont donc pu bénéficier de cette somme à hauteur de 100 000 F CFA le trimestre. Alors en 2018, le BBDA revient encore et attend 100 membres. Il va sans dire que si on a les 100 membres, le montant à bénéficier sera de 50 000 par personne par trimestre. Ce n’est pas une diminution, c’est ce qui était prévu au départ », explique Célestine Traoré, directrice de la documentation générale au BBDA.

Cependant, de l’entendement du comité de lobbying et de gestion, ce fonds extérieur aux droits que perçoivent les créateurs, n’est pas pérenne mais un soutien ponctuel  qui devra leur permettre de renaître.

Gustave Sorgho, président du comité de lobbying du fonds d’aide aux membres âgés du BBDA (AMA)

« Normalement, quand tu as perçu,  tu dois pouvoir renaître tel un phœnix», dit toujours Gustave Sorgho et donne en exemple un cas patent.

« Un musicien malvoyant Traoré de Banfora en a bénéficié. Il a eu l’opportunité d’organiser un concert et nous sommes partis le soutenir à Banfora. A partir des bénéfices qu’il a engrangés, on s’est rendu compte que beaucoup d’artistes peuvent sortir de cette situation de précarité ».

Par conséquent, selon toujours ses explications, des négociations sont en cours pour qu’une ligne budgétaire soit allouée pour la construction d’une maison de l’artiste qui à partir des activités menées pourra aider les artistes dans le besoin et leur éviter de faire la manche.

 « Nous ne voulons pas rester dans cette situation de mendicité. Il y a des moments où on est allé voir des opérateurs économiques qui  nous ont  traités de mendiants et nous font attendre deux à trois heures. On ne peut pas être demandeur tout le temps », explique-t-il.

Pour finir, il en appelle à ses collègues artistes à prendre conscience et à penser aux vieux jours, à la retraite en faisant une souscription volontaire soit à la caisse de sécurité sociale, à la CARFO ou les structures d’assurance et à la mutuelle de santé  des artistes.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page