FESTIMA 2018 : C’est parti à Dédougou !

2088 0

La 14e édition du Festival international des masques et des arts de Dedougou( FESTIMA) a été lancée ce samedi 24 février 2018 après-midi en présence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba et des ministres ivoirien et togolais en charge de la culture. Cette année les organisateurs réfléchissent sur le thème : « valeur ajoutée des festivals aux industries : cas du FESTIMA ».

[dvgallery id= »158999″ vertical= »no »]

Pendant une semaine, les valeurs du masque seront intensément vécues à Dédougou au grand bonheur des milliers de festivaliers venus des quatre coins du monde. Jusqu’au 3 mars  2018, des masques de diverses régions du Burkina en feuilles, en paille, en écorce ou en fibre presteront nuit et jour.

Encore au rendez- vous cette année, les masques du Togo, du Bénin et du Sénégal reconnus pour leurs pouvoirs mystiques donneront plus d’éclat à l’évènement. Les fora et la foire commerciale constituent les autres axes majeurs de ce 14e FESTIMA.

Depuis 1996, l’Association pour la Sauvegarde du Masque (ASAMA) a fait du FESTIMA, un cadre d’expression du masque. Ce qui a valu son accréditation depuis 2012 par l’UNESCO pour des fonctions consultatives auprès du comité de sauvegarde du patrimoine culturelle immatériel. Des efforts salués à la cérémonie d’ouverture par le ministre burkinabé de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango.

Son homologue de la Cote d’Ivoire, Maurice Kouakou Bandaman a loué « un espace culturel levier essentiel d’intégration africaine et une source féconde de création d’emplois chez les jeunes ». Il n’a pas manqué de rendre hommage à un illustre homme de culture, le cinéaste burkinabé Idrissa Ouédraogo décédé la semaine dernière.

Le masque a joué un rôle important dans les mythes qui ont structuré nos peuples, nos sociétés et continue à les structurer. Il est donc important que nous préservions ce patrimoine important de notre culture, a reconnu le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, patron de la cérémonie.

 « Le président du Faso a une vision qui est fondée sur l’authenticité sur nos valeurs. C’est pourquoi, je suis venu ici aujourd’hui pour prendre part à cet important festival pour marquer encore une fois l’attachement du gouvernement à la préservation de notre patrimoine culturel, poursuit-il. On ne peut pas bâtir un développement sur la base des valeurs étrangères. Il est important que les générations actuelles et les générations futures sachent quelles sont les fondements de notre société », a-t-il ajouté

Le secrétaire exécutif de l’ASAMA ainsi que tous les autres intervenants ont témoigné leur reconnaissance à un fils de la région, le PDG du groupe EBOMAF, Mahamadou par ailleurs co-oparrain, pour son soutien dans la réussite de ce festival.

Merveille KAPIGDOU

Pour Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre