Journées parlementaires du CDP : Le procès du PNDES à Bobo

1046 0

 Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) organise ses 1ères  journées parlementaires à Bobo-Dioulasso sous le thème : « La mise en œuvre du PNDES, quel bilan à mi-parcours ? ». La cérémonie d’ouverture a eu lieu le vendredi 2 mars 2018.

C’est une cérémonie d’ouverture aux allures de campagne électorale qui a marqué les premières journées parlementaires du CDP. L’entrée du président dudit parti a été accueillie en grande pompe par des participants dans la grande salle de la maison de la culture.

Après le mot de bienvenue du secrétaire général de la section provinciale du CDP du Houet Christophe Sanou, le président du parti Eddie Komboïgo a traduit «  le salut fraternel du fondateur du CDP Blaise Compaoré » à l’ensemble des militants.

A mi-parcours de la mise en œuvre du PNDES, Eddie Komboïgo dépeint un tableau sombre de la gestion du pouvoir par le MPP : « Le président Roch Marc Christian Kaboré a exposé un plan de développement qui tarde à se réaliser ».  D’où la nécessité pour les partis de l’opposition comme le CDP  de « chercher à savoir ce qui cloche ».

Le président du groupe parlementaire du CDP Blaise Sawadogo a à son tour expliqué que cette rencontre permettra au parti de décrypter le PNDES avec la participation des experts de l’administration. Certaines problématiques, notamment celles liées à l’endettement, au déficit céréalier et cotonnier sans oublier les questions de justice sociale  seront abordées avec sérénité.

 « C’est ce qui nous a amenés à quitter le champ essentiellement  politique pour nous pencher sur les questions de développement socioéconomiques. A la fin, notre groupe parlementaire va présenter un mémorandum à la majorité », conclut–il.

Le président du parti Eddie Komboïgo a abondé dans le même sens en ajoutant que l’objectif recherché par le CDP vise à  apporter des critiques constructives.  Parce que « les populations ont tant attendu. Elles ont faim et soif. L’économie est au bas niveau.  A tous les niveaux, les fonctionnaires ne sont pas contents et c’est des revendications tous azimuts », foi du président.

« C’est dommage… les gens ont commencé à voir la vérité»

Le président de CDP trouve que c’est « dommage » que le pouvoir en place ne soit pas en mesure de promouvoir les industries locales pour protéger notre économie : « c’est un gouvernement de non solution et on n’est obligé de le constater et de le clamer fort ». Mais de l’autre coté, dit-il : « les gens commencent à voir la vérité et ils vont nous rejoindre ». Enfin, Eddie Komboïgo  dit attirer l’attention du parti au pourvoir sur l’importance de la réconciliation nationale : « la réconciliation est la vision même du CDP, on ne peut pas se regarder en chien de faïence et prétendre au développement de notre pays ».

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina24 à Bobo-Dioulasso

Avatar

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre