Oumarou Sadou : « Notre armée sera toujours debout »

3084 0

Une délégation de l’Assemblée nationale conduite par son président Alassane Sakandé s’est déplacée sur les lieux de l’attaque du 2 mars 2018, notamment à l’état-major pour « voir l’étendue des dégâts », a indiqué le président l’Assemblé nationale, Alassane Sakandé, le mardi 6 mars 2018. « Nous sommes venus apporter le soutien de toute l’Assemblée nationale », a-t-il soutenu.

Présent lors de cette visite, le chef d’état-major général des armées du Burkina Faso, Oumarou Sadou a tenu à rassurer les Burkinabè. « Tant qu’il y aura un militaire burkinabè sur le sol national ou à l’extérieur, dit-il, nous n’allons  jamais faillir. On a reçu ce coup, on va se tenir debout. On n’a pas le droit de faillir ».

Lors de l’attaque de l’état-major général des armées, le Burkina a perdu « huit hommes, huit militaires ». C’est ce qu’a rappelé Oumarou Sadou qui précise que parmi ces huit hommes, il y a eu un officier supérieur, 5 sous-officiers et deux militaires de rang. Profitant des micros, le patron de l’armée burkinabè, a lancé ce message aux Burkinabè : « Je profite de l’occasion pour rassurer le peuple burkinabè que son armée sera toujours debout ».

Quelques jours après l’attaque, une certaine information faisait cas d’une complicité au sein de l’armée. Voici la réponse du chef d’état-major général des armées : « Je rassure que tous ceux qui ont été abattus à l’intérieur de l’état-major étaient en civil. Je rassure aussi que tant que l’enquête sera en cours, je ne peux pas affirmer que c’est des complicités internes, c’est des complicités externes ».

« Lorsque la nation est attaquée, il n’y a pas de parti politique»

Egalement, sur le chiffre des 28 morts avancé, Oumarou Sadou reste catégorique : « on déplore huit victimes militaires ». Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Sakandé, a pour sa part, rassuré le chef d’état-major général des armées du soutien, de la disponibilité de l’Assemblée nationale à accompagner l’institution « dans [sa] noble mission  ».

L’Assemblée nationale ne ménagera aucun effort, affirme Alassane Sakandé, lorsqu’il s’agira de mettre en place des textes de loi pour que l’armée « puisse continuer à nous défendre bec et ongle, à défendre tout Burkinabè où il se trouve, à défendre l’intégrité ». Séance tenante, il a lancé un appel aux populations pour plus de collaboration avec les Forces armées. « Notre armée a beau être équipée, dit-il, s’ils n’ont pas le renseignement, ça va être très difficile ».

Toujours à l’endroit des Burkinabè, le président de l’Assemblée nationale a laissé ce message : « Lorsque la nation est attaquée, il n’y a pas de parti politique, il n’y a pas de religion, il n y’a pas d’âge. C’est le Burkina Faso qui est attaqué. Je voudrais inviter les Burkinabè à se ressaisir, à se départir de toute combine politique et rester unis et solidaires ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre