Ministère de l’économie : Une grève de 48 heures annoncée du 4 au 5 avril 2018

1902 0

La coordination des syndicats du ministère en charge de l’économie et des finances (CS-MEF) annonce une grève de 48 heures, du 4 au 5 avril 2018 sur toute l’étendue du territoire national.

La restauration de la dotation du carburant de fonctionnement aux agents supprimée, la résiliation des contrats de vérification des importations avec les sociétés privées et l’adoption de statuts sécurisants pour tout le personnel du ministère en charge des finances, tels sont, entre autres, les sept points de revendications de la coordination syndicale du ministère en charge de l’économie et des finances (CS-MEF).

Elle demande également la mise en œuvre de tous les accords conclus entre les organisations syndicales et le gouvernement. Les syndicats l’on fait savoir lors d’un point de presse ce mercredi 28 mars 2018 à Ouagadougou pour annoncer la grève du 4 au 5 avril 2018 sur tout le territoire burkinabè.

Selon le président du CS-MEF, Mathias Kadiogo, la ministre a décidé d’opérer des reformes au sein du ministère. Il s’agit, d’ériger la Direction générale des impôts (DGI) en une entreprise publique de l’Etat (EPE), de l’installation des guichets banques dans les services des impôts et des douanes pour recevoir des paiements en numéraires.

Pour les syndicats, ces réformes « n’apporteront aucune valeur ajoutée au ministère » et par contre « engendreront d’énormes pertes » tant pour l’Etat et les travailleurs.

La sortie du ministre de l’économie à l’Assemblée nationale

Concernant la sortie du ministre Rosine Coulibaly à l’Assemblée nationale, sur le cas des fonds commun, la coordination s’est prononcée. « Elle passe sous silence que, c’est elle qui a signé tous les arrêtés du fonds commun et que c’est elle qui ordonne les paiements. Elle a passé aussi sous silence, les montants qu’elle et ses proches collaborateurs perçoivent en termes de fonds commun sans compter les salaires et autres avantages financiers.

C’est encore elle qui s’est opposée à la sécurisation des fonds communs dans des statuts autonomes ou particuliers », a-t-elle révélée. La CS-MEF a estimé que l’affaire du fonds commun soulevée par la  ministre vise à livrer les travailleurs du ministère à la vindicte populaire. 

Mathias Kadiogo a précisé que les fonds communs sont destinés à motiver l’ensemble des agents du ministère de l’économie en raison de la spécificité des missions dévolues au département. Il a rappelé que le fonds commun existe dans le ministère, notamment à la douane avec l’arrêté n°68/F-D du 9 février 1963. La CS-MEF a laissé entendre qu’elle se battra pour le maintien de cet acquis.

En rappel, la CS-MEF est composée de 6 syndicats dudit ministère. A savoir le syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB), le syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID), le syndicat national des travailleurs des Douanes (SYNATRAD), le syndicat national des travailleurs de la planification et de la coopération (SYNTPC), le syndicat national des agents des finances (SYNAFI) et le comité CGT-B/ENAREF.

Jules César KABORE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre