SIEM : Marier la formation à l’emploi

1549 0

Cadre dédié à la promotion des emplois, des stages, des formations et des métiers porteurs, le Salon international de l’emploi et des métiers (SIEM) se tiendra du 5 au 7 juillet 2018.  En prélude à cet évènement, le commissariat général du SIEM a organisé une série de rencontres avec les parties prenantes qui interviennent dans le domaine de la formation, de l’insertion des jeunes. Ce vendredi 8 juin 2018, c’était le tour des universitaires et les grandes écoles.

Selon la dernière  Enquête intégrale sur les conditions de vie des ménages (EICVM), 82% des chômeurs au Burkina sont des jeunes. Pour booster l’employabilité de ces jeunes, le Cabinet Lora2M organise du 5 au 7 juillet  2018, le Salon international de l’emploi et des métiers (SIEM).

Pour la réussite de la toute première édition de l’évènement, le comité d’organisation rencontre les parties prenantes qui interviennent dans le domaine de l’emploi, de l’insertion des jeunes notamment les écoles et les universités, les entreprises, les employeurs, l’Etat, les chercheurs d’emplois et les partenaires techniques et financiers. Ce vendredi 8 juin 2018, cette série de rencontres d’échanges a concerné les responsables des centres de formation, les universités et les grandes écoles.

Pour Moumouni Séré, commissaire général du SIEM,  « la rencontre vise essentiellement à ce qu’on puisse mettre au centre les différentes parties prenantes. Et l’idée est de prendre en amont les préoccupations et les observations des écoles et des universités afin de s’assurer de ce qui va se faire pendant le salon. »

Il ajoute que ce format va se faire pour les autres secteurs,  notamment les entreprises.

Les préoccupations des chercheurs d’emplois au centre

Pour cette première édition,  les rencontres  vont cibler les secteurs porteurs par le PNDES, notamment le secteur des mines, le secteur des bâtiments et travaux publics (BTP), des techniques de l’information et de la communication (TIC), de Banque assurance, de l’agro-silvo-pastoral,  etc. En plus de ces secteurs, des rencontres vont se faire avec des partenaires techniques et financiers dans la dynamique qu’ils ont pour appuyer le Burkina Faso et les autres pays en matière de formations pour améliorer l’emploi des jeunes.

 Les étudiants et les chercheurs d’emplois ne seront pas en reste. Pour Moumouni Séré «  leurs observations et orientations seront prises en compte, pour que ce qui va se passer au niveau du salon puisse traduire la réalité de leurs attentes pour que les solutions puissent être trouvées à leurs préoccupations », ajoute-t-il.

Ces séries de rencontres avant le Jour J, vont se terminer le 23 juin avec celle des étudiants et les chercheurs d’emplois avec les cabinets recruteurs.

Il faut noter que le Salon international de l’emploi et des métiers (SIEM) va se tenir du 5 au 7 juillet 2018 à la salle de conférence de Ouaga 2000 sous le thème : « L’emploi et la formation pour booster le développement du Burkina Faso ». Il est attendu 10 000 participants, 300 entreprises, 100 écoles et universités, des associations professionnelles et regroupements d’employeurs et des structures recruteurs à cet événement.

Saly OUATTARA

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre