Le RENLAC à propos du cas Naïm Touré

1255 0

Le Réseau National de Lutte Contre la Corruption (RENLAC) s’est aussi prononcé sur le cas de Naïm Touré, incarcéré à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). C’était lors de sa conférence de presse, organisée ce mardi 26 juin 2018 à son siège à Ouagadougou pour donner sa lecture et sa position sur la situation qui prévaut actuellement au Conseil Supérieur de la Magistrature.

L’affaire de Naim Touré, interpellé pour des propos tenus sur son profil Facebook,  est vu par le RENLAC comme une volonté du gouvernement de restreindre les libertés démocratiques.

Claude Wetta, Secrétaire exécutif du RENLAC, a laissé entendre à cet effet qu’ « on ne devrait pas voir uniquement le cas Naïm Touré ici. On est dans un contexte où le gouvernement tente de restreindre les libertés démocratiques, les libertés d’opinion, les libertés syndicales, etc. ou même de la presse ».

« Il (Naim) pèche en utilisant des mots grossiers mais ce qui n’enlève en rien le fond des questions qu’il soulève », dit à la suite de son Secrétaire exécutif adjoint Sagado Nacanabo, secrétaire exécutif adjoint du RENLAC. La preuve, « son appel a été bel et bien attendu, puisque le gendarme a été rapidement évacué ».

« J’ai même pensé que Naim est sanctionné pour les faits de son oncle, parce que ce que Soumane Touré a dit est bien plus grave. Il a appelé à faire un coup d’Etat, on ne l’a pas arrêté. C’est vrai qu’il est plus âgé que Naïm mais ses propos sont plus grossiers, plus insultants, et font plus appel à sédition que les propos de Naïm », continue-t-il.

Par conséquent, il   demande sa libération sans condition. Cependant il revient pour dire que « ce n’est pas défendre le non droit sur Internet. Nous ne disons pas que dans Internet chacun peut aller faire tout ce qu’il veut. Il  y a un pas à ne pas faire ».

Le RENLAC, ont –ils laissé entendre, condamne globalement ces remises en causes des libertés démocratiques. Il s’agit pour eux de se battre pour l’élargissement de ces libertés.

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre