Fasofoot : Lumière sur ces supporters… « insupportables »

1095 0

Les supporters sont ceux qui permettent de donner une ambiance particulière au football. D’ailleurs, on le dit, sans supporters, il n’y a pas de football. D’où le cri de cœur des différentes instances pour que des supporters prennent d’assaut les stades. Mais certains supporters s’illustrent pas des comportements très négatifs qui vaudraient qu’on les expulse des Stades. Parmi eux, le tristement célèbre Ibrahim Zampaligré dit « Zampa ».

En effet, à l’occasion de la 2e journée du Fasofoot, le Rail Club du Kadiogo (RCK) affrontait le Racing Club de Bobo Dioulasso (RCB) au Stade Dr Issoufou Joseph Conombo de Ouagadougou. Un journaliste se trouvait derrière les buts du RCB pour avoir des photos qui serviront plus tard à illustrer son article. Alors que son équipe était menée, le fougueux Ibrahim Zampaligré dit « Zampa » se fraie un passage parmi les supporters pour demander aux policiers de chasser le journaliste en question sous le prétexte qu’il est un wackman, entendez par là un homme aux pouvoirs mystiques.

Dans son élan, il a suscité la colère d’autres supporters qui voulaient ainsi s’en prendre audit journaliste. La police chargée d’assurer la sécurité s’est ainsi laissée influencer par ce supporter, qui s’illustre par ses coups de colère et coups de gueule  à l’endroit d’arbitres et officiels du match, malgré les explications du journaliste.

Cette situation a également provoqué la colère des journalistes burkinabè qui sont allés s’interposer pour que le journaliste retrouve sa place derrière les buts. Cependant, un émissaire de la Ligue de football professionnel, également journaliste, s’est rendu compte que Zampa n’avait pas un ticket d’entrée et qu’il aurait négocié pour entrer selon d’autres supporters.

C’est la deuxième fois que Zampa se comporte de la sorte et comme par coïncidance, face au même journaliste.

La LFP est interpellée pour que des mesures soient prises contre les supporters qui suscitent la violence dans les stades. Même depuis leurs tribunes, les journalistes font l’objet de menace et d’agression de la part de supporters sans que cela ne soit sanctionné. Il est temps que cela s’arrête avant que le pire n’arrive un jour.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre