Des enseignants refusent de rejoindre les classes sans mandatement

Rentrée scolaire 2018-2019 : Des enseignants refusent de rejoindre les classes sans mandatement

23 0

Lundi 1er octobre 2018, c’est la rentrée scolaire et académique 2018-2019 au Burkina Faso. Des enseignants nouvellement recrutés ont profité de cette date pour se faire entendre au Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation afin d’exiger leur mandatement avec de rejoindre leur poste.

Les élèves et les étudiants reprennent le chemin de l’école et du campus avec la reprise des activités pédagogiques ce lundi 1er octobre 2018. A cet effet, des enseignants ont organisé un sit-in au Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) pour exiger leur mandatement avant de rejoindre leur poste.

Lire aussi : Rentrée 2018-2019 : Plus de 4 millions de manuels scolaires à distribuer

Armés de sifflet et des banderoles, les enseignants ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement et plus précisément du MENA. Ramatou Yaro, enseignante nouvellement recrutée, a fait savoir que les enseignants nouvellement recrutés sont sans pécule et sans salaire depuis le mois de juillet.

Ramatou Yaro, enseignante nouvellement recrutée
Ramatou Yaro, enseignante nouvellement recrutée

Pour elle, dans ces conditions, il est très difficile de rejoindre le poste et de pouvoir faire un  bon travailLes enseignants du Programme « Emplois-Jeunes pour l’Education nationale » (PEJEN) se sont associés à la manifestation.

Eux, ils exigent un statut, leur salaire, des indemnités, une protection sociale et une intégration à la fonction publique. Ramatou Yaro a confirmé que ce sont environ 3 000 enseignants qui sont dans la situation d’absence du mandatement.

Jules César KABORE

Burkina 24

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre