Coopération Burkina-Canada, Affaire Zida : Athanase Boudo donne son avis

1447 0

Présent à Ouagadougou dans le cadre de la visite officielle de la Gouverneure Générale du Canada, Julie Payette, qui a effectué une visite du 23 au 26 octobre 2018, Athanase Boudo, Ambassadeur du Burkina Faso au Canada, s’est exprimé sur la coopération entre les deux pays, la situation de la diaspora et sur l’affaire Isaac Yacouba Zida.

Sur la visite de la Gouverneure Générale du Canada, Julie Payette, à Ouagadougou, l’ambassadeur Burkinabè, Athanase Boudo, a qualifié cette visite d’historique dans la coopération entre les deux pays. Il a tenu à rappeler le statut de la gouverneure générale du Canada. Ainsi, le  Canada serait  une monarchie parlementaire et a un premier ministre qui est le chef de l’exécutif.

Le chef de l’Etat a le titre de gouverneur général pour la simple raison que le Canada est toujours sous la couronne britannique. L’Etat est coiffé par l’Honorable Julie Payette. Le gouverneur général est une proposition du Chef de l’exécutif qui est le premier ministre et nommé par la Reine d’Angleterre.

Lire aussi : Julie Payette à Roch Kaboré : « Nous sommes à vos côtés »

Julie Payette est par ailleurs le commandant en chef de l’armée canadienne. En plus, c’est elle qui reçoit les lettres de créance des ambassadeurs accrédités au Canada. Pour Athanase Boudo, quand elle se déplace dans un pays, c’est pour affirmer les bonnes relations entre son pays et le pays visité. C’est le cas du Burkina Faso.

« Depuis nos relations diplomatiques établies en 1962, c’est la première fois qu’un gouverneur général du Canada se déplace au Burkina Faso. Particulièrement, c’est la première fois qu’elle visite le continent africain. Elle a voulu commencer par le Burkina Faso. Ce sont des symboles assez forts. On a parlé d’une tournée africaine. Mais en réalité, ce sont des prétextes. Au Burkina Faso, elle a eu à séjourner quatre jours, en Côte d’Ivoire un jour et demi et deux jours au Nigéria. C’était le Burkina Faso qu’elle était venue visiter et affirmer les bonnes relations entre les deux pays », a-t-il martelé.

Le diplomate Burkinabè a précisé que le Canada entretient d’énormes relations avec le Burkina Faso notamment dans le partenariat économique et d’aide publique au développement. A l’écouter, en matière d’investissement le Canada est le premier pays investisseur privé au Burkina Faso. Dans le domaine de l’investissement direct des étrangers (IDE), le Canada viendrait en première position par rapport aux entreprises privées au Burkina Faso.

« Ce sont des liens assez forts. Comme exemple, en 2015, on estimait à environ 2 milliards de dollars, les actifs financiers et miniers au niveau du Burkina Faso. Sur les 11 mines en production au Burkina Faso, 5 sont canadiennes. Ce sont des investissements lourds, des industries qui ont des conséquences économiques assez importantes avec la réduction du taux de chômage. Essakane seul dispose de 1700 emplois directs permanents et les contributions au développement local. Ces mines contribuent dans le budget de l’Etat au tour de 300 milliards l’année », a relaté l’ambassadeur du Burkina Faso au Canada.

Il a tiré la conclusion que « ce sont des paquets d’éléments qui montrent que ces liens avec le Canada sont assez importants du point de vue investissement ». L’aide publique au développement, le Canada aurait investi depuis les années 2000 à nos jours environ 303 milliards de F CFA avec un accent dans le domaine de l’éducation, de la santé et du renforcement de la démocratie.

Dans le domaine de l’éducation, le Canada serait le premier bailleur du système éducatif burkinabè. « A peine un mois, on a paraphé une convention de près de 20 milliards pour les 3 prochaines années avec le Canada », a révélé l’ambassadeur.

Concernant la diaspora Burkinabè vivant au Canada

Athanase Boudo a fait savoir que selon le dernier recensement en 2014 par Statistique Canada, on estimait 3150 Burkinabè qui vivent au Canada avec une forte concentration au Québec. Mais, il a estimé que de nos jours, avec l’évolution, avec les extrapolations, le nombre a atteint à 5000 Burkinabè vivant au Canada.

En outre, il a affirmé que la diaspora burkinabè est une diaspora d’élite qui se retrouve dans plusieurs administrations au niveau de l’Etat et dans des responsabilités assez intéressantes, « beaucoup d’actions qui montrent l’étroitesse des relations entre le Canada et Burkina Faso et le témoignage direct, c’est la visite de la gouverneure générale », a-t-il dit.

L’affaire Isaac Yacouba Zida

Isaac Yacouba Zida a fait sortir un livre à quelque jour de la visite du gouverneure générale du Canada. Le représentant de l’Etat burkinabè au Canada, a mentionné qu’il n’y avait pas de bruit autour de l’affaire Yacouba Isaac Zida

« Le Canada est un pays de démocratie. Le scandale, c’est si Burkina Faso refusait que le livre de Isaac Yacouba Zida ne rentre au pays. Nous sommes applaudis à l’extérieur car l’opposition a de la place pour s’exprimer, toute personne peut critiquer le pouvoir », a-t-il signifié.

Jules César KABORE

Burkina 24

There are 1 comments

  1. desolee excellence de vous contredire mais Michaelle Jean premiere gouverneure noire de l’Hisoire du Canada a deja sejourne au Burkina Faso au Mali et au Ghana. j’ai comme l’impressiom que vous cherchez a lier cette visitse a votre presence au Canada. C’est un pur hasard.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre