L’instituteur sans salaire depuis des années « retrouve enfin le sourire »

595 0

Dans ce témoignage, Traoré Abdoulaye Fundjé, qui avait lancé une alerte sur la situation d’un instituteur qui vivait depuis des années sans salaire, informe que les choses vont mieux désormais pour l’enseignant.

L’histoire rocambolesque de la carrière professionnelle de Monsieur Thombiano Jean-Marie avait affecté plus d’un. En effet, ayant subi une injustice dans le cours de sa carrière professionnelle, Monsieur Thombiano est resté sans salaire depuis 2009.  D’espoir en désespoir, il s’est réellement battu depuis cette date en tapant presqu’à toutes les portes mais sans succès.

Il a même tenté un procès , avec l’appui de Me Farama, contre l’État burkinabè qu’il a remporté mais l’exécution du verdict tardait à venir. Désespéré, Monsieur Thombiano ne savait plus à quel saint se vouer. C’est ainsi qu’un de ses proches prend attache avec l’activiste Aminata Rachow depuis l’Allemagne. Celle-ci me contacte et nous décidons de suivre le dossier.

Lire aussi 👉 MENA : « Un instituteur  sans salaire depuis des années »

Je fais donc une publication largement relayée et heureusement elle a attiré l’attention des autorités du MENA. Immédiatement, celles-ci rentrent en contact avec moi  pour rassurer Monsieur Thombiano Jean-Marie que son dossier sera une priorité pour le MENA.

 Aujourd’hui, Monsieur Thombiano Jean-Marie est un homme comblé car sa famille retrouve sa dignité et la joie de vivre. Il est appelé pour son enrôlement dans la fonction publique avec la réparation de tous les préjudices subis.

C’est encore l’occasion pour nous, Aminata Rachow et moi, de témoigner toute notre gratitude aux autorités du MENA et plus particulièrement au Professeur Kalifa Traoré Secrétaire général du MENA et au ministre Ouaro. Nous ne saurons occulter les apports incommensurables des différentes presses en ligne et de tous les internautes.

Au-delà de ce que d’autres croient, nous ne sommes guère des oiseaux de mauvaise augure. Personne n’est inutile et personne n’est plus utile que l’autre. Nous sommes tous burkinabè et chacun a sa façon de contribuer à l’épanouissement du peuple burkinabè. C’est ensemble que nous ferons de ce pays celui de nos rêves.

Traoré Abdoulaye Fundjé

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Article du même genre